PORTRAIT / TEMOIGNAGE

Témoignage : "mon père était régulièrement couvert de bleus"

Nous avons reçu il y a peu une lettre, le témoignage d’une femme sur les conditions d’accueil de son père, résident d’un établissement pour personnes âgées privé. Nous avons choisi de le publier, en l’anonymisant, parce qu’il se fait l’écho de la situation de maltraitance que vivent certains de nos aînés dans ces établissements, comme en témoignent de plus en plus d’enquêtes, de témoignages ou d’articles de presse ces dernières années. Nous le publions in extenso.

Témoignage : "mon père était régulièrement couvert de bleus"

"Il y a, comme partout, des gens bien : l’infirmière principale de l’établissement Y, l’aide-soignant qui gérait mon père en UP de l’EPHAD, mais est-ce normal de traiter les résidents de cette manière ?"

Je me permets de vous faire parvenir mon témoignage. Je vais tenter de résumer ce que mon papa a vécu dans l’établissement Y : mon père a été d’abord hospitalisé en Août 2018 en psycho-gériatrie de l’hôpital de X pour troubles cognitifs (pertes des repères, Alzheimer non diagnostiqué mais symptômes similaires). Cette structure lui convenait mais était temporaire.

La cadre de santé du service l’a ensuite envoyé dans un autre établissement Y car selon ses propos votre mère a les moyens de payer. Pourtant, 3000 euros par mois- sans le nettoyage du linge de mon père - j’appelle cela du racket. Ma mère âgée de 83 ans allait rendre visite à mon père tous les deux jours. Moi aussi. A partir de janvier, mon père est donc rentré dans l’établissement Y. Aucun soin, aucune empathie. Avec ses mots à lui, il était capable de nous dire qu’il avait peur et il pleurait beaucoup.

Il a été mis en Unité Protégée (UP) mais pour une raison obscure, ils l’ont retiré (il se montrait soi-disant trop proche d’une patiente, mais j’ai fini par l’apprendre de manière hasardeuse...) L’établissement Y l’a envoyé un soir aux urgences : il faisait moins deux degrés, il était en pyjama d’été, vêtu d’un simple short et d’un tee-shirt. Je suis allée le chercher, il déambulait dans les couloirs des urgences de...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (4)

FRED60

Avatar de l'utilisateur

37 commentaires

#4

Triste témoignage, mais...

Je comprends la détresse de la famille, mais comme les commentaires précédents il ne faut pas généraliser il y'a encore des endroits ou les ainés sont traités correctement. En pouvant dépenser 3000 euros par mois dans la maison de retraite, il était peut être possible de le changer sans difficulté pour le mettre dans une autre structure?

Ahine

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

Again and again

Encore un bel article tiré d'un témoignage certes touchant mais qui dénoté surtout une incompréhension et surtout allant toujours dans le même sens, l'EHPAD bashing.

C'est fatiguant. Mais heureusement que les soignants qui ont coeur à travailler en EHPAD ne s'y attarde pas trop. Assez de boulot comme ça de toute manière.

IsaDeou

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

Déchirant

J’ai lu attentivement ce témoignage. IDE, j’ai vécu une histoire similaire avec la grand-mère de mon époux. J’ai retrouvé la grand-mère de mon époux décédée dans le jardin d’une maison voisine, après qu’elle ait fugué 3 jours auparavant...nous avons effectué les recherches seuls, après que la police nous ait abandonné...aucune aide de l’établissement... Mamie était un monstre selon les soignants, elle refusait qu’on lui instille des gouttes de pilocarpine collyre...seulement mamie avait raison, elle souffrait du syndrome de Gougerot-Sjögren, elle avait pour traitement de la pilocarpine en préparation sublinguale et non en collyre ophtalmique....
Mamie n’a cessé de dire aux IDE et médecins qu’ils se trompaient, nous avons fourni les ordonnances et les traitements...mais rien à faire, ils ont poursuivi leur chemin...du coup, mamie était un monstre parce qu’elle ne s’alimentait pas...sauf que souffrant d’hyposialorhee, elle ne parvenait pas à avaler ses aliments sans son traitement.
Mamie était un monstre car c’était une alcoolique...d’après une aide-soignante....mais si si, ce monstre a demandé si elle pouvait avoir une petite bière pour son repas du dimanche !
Mamie était un monstre, elle était agressive ou ne sortait pas de son lit... mamie n’avait juste plus envie de communiquer avec les soignants de cet établissement...ou plus la force...
Mamie était tellement un monstre qu’elle nous a caché bien des choses pour ne pas qu’on intervienne...
Et puis...ce décès, j’ai réclamé le dossier médical, en recommandé. Je l’ai obtenu...mamie souffrait des prémices de la maladie du corps de Lewy (DCL), d’une part mais personne n’a été informé. D’autres part, chaque épisode est transmis par les infirmières mais très peu de transmissions par AS...mamie n’était le monstre, ce sont ces soignants qui ont été monstrueux...
Et je dis bravo au médecin qui a prescrit les vitamines B 6, 9 et 12 avec son Levodopa ! Et pire une injection de tranxene provoquant un état confusionnel

horace

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

Pourquoi ?

Quel est le but de cette publication ? Je travaille en EHPAD depuis plusieurs années, avec des dysfonctionnements, des prises en soins compliquées parfois. Le manque de communication et de soutien aux familles et aidants génère souvent des incompréhensions entre soignants et familles.
Mais je me permets de vous dire que nous sommes contrôlés, évalués, formés,avec des conditions de travail difficiles .
L'opinion publique nous à déjà cloués au pilori,merci de parfois montrer du positif.