INFOS ET ACTUALITES

Témoignage - Des soignants dans l’ouragan le plus puissant de notre histoire

Cet article fait partie du dossier :

Secourisme

    Précédent Suivant

En contact avec des soignants du Centre Hospitalier de Saint-Martin, territoire français situé dans le Caraïbes et touché de plein fouet par la violence du cyclone Irma, la Rédaction d’Infirmiers.com tenait à saluer le travail exemplaire des acteurs de soins et autres hospitaliers. Au détriment de leur propre sinistre, ils sont restés sur place pour mener auprès de la population une guerre de résistance contre l’ouragan. Raphaël Moutamalle, Iade au Centre Hospitalier Louis Constant Flemming, nous envoie des nouvelles très récentes de la situation sur l’île, sur la gestion des soins. Lui-même n’a pas été épargné, comme on le voit sur la dernière photo de ce texte, posant devant les ruines de sa maison, et gardant pourtant le sourire !

Crédit photo Raphaël Moutamalle

Après le vent, c’est la pluie diluvienne et son cortège d’inondations qui s’abattirent sur le service des Urgences, qui dut alors faire face à cette contrainte supplémentaire dans l’organisation des soins. Crédit photo : Raphaël Moutamalle

Pour comprendre la force de l’ouragan Irma, il suffit peut-être de le comparer au cyclone Martin en 1999 qui ravagea une partie du Sud-Ouest de l’Hexagone, ce dernier infligea des vents à 200 km/h. Irma fit subir des rafales de vents à + de 400 km/h pendant 33 heures… Les météorologues parlent désormais du cyclone le plus puissant de notre histoire.

Les Antilles ont ainsi subi l’ouragan Irma, un géant démesuré qui a dévasté les territoires de Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Anguilla, Barbuda, les iles Vierges et le territoire américain sur les côtes de Floride. Le bilan provisoire sur les îles de Saint-Martin et Saint-Barth fait état de 15 morts et 120 blessés. Sans compter les personnes disparues, qui risquent encore d’alourdir ce bilan dans les prochains jours.

Le deuxième round a commencé et la violence d’Irma a ajouté à la complexité de la situation en arrachant une partie du toit de l’hôpital Affronter le pireLes premières journées de résistance à l’Hôpital Louis Constant-Fleming ont été ordonnées en amont comme il se doit avec l’organisation d’équipes de soins réquisitionnées pour faire face dans toutes les spécialités au risque d’afflux massif de patients. Les patients les...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)