INFOS ET ACTUALITES

"Les gens sont terrorisés" : le témoignage d'une infirmière à la frontière ukrainienne

Ingrid Mégia est infirmière libérale à Aiguilhe, tout près du Puy-en-Velay, en Haute-Loire. Avec son compagnon, elle a pris la route le 3 mars en direction de la frontière entre la Roumanie et l'Ukraine, pour apporter de l'aide aux réfugiés qui s'y pressent depuis le début de la guerre déclarée à leur pays par la Russie.

La voiture chargée à ras bord de dons et de matériel, Ingrid Mégia et son compagnon ont entrepris un soir un voyage de 2 000 kilomètres. Ils ont roulé jusqu'à la ville de Sighetu, dans le nord-ouest de la Roumanie, tout près de la frontière avec l'Ukraine, premier passage des réfugiés en Roumanie, selon l'infirmière, qui avait pris soin de nouer des contacts sur place avant de partir. Là, ils ont déchargé leur matériel, qui a été trié et envoyé en Ukraine, au plus près de ceux qui en ont besoin. A ce point de passage entre les deux pays, les Ukrainiens, épuisés, affluent. Des files d'attente interminables, des gens qui arrivent après des jours d'attente à la frontière. Des vieillards, beaucoup de femmes avec leurs enfants, des gens qui ne pensent qu'à une chose selon l'infirmière : avancer, avancer, avancer. Elle raconte…

Creative Commons License

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Commentaires (0)