INFOS ET ACTUALITES

A lire - Trauma et résilience. Victimes et auteurs

Cet article fait partie du dossier :

Livres de la rédaction

Cet ouvrage collectif de 450 pages reprend en détail la nature et les différentes formes du trauma et la réponse adaptative de l’esprit : la résilience. Il va même plus loin en proposant différentes formes de thérapies, non seulement pour la victime mais aussi pour l’auteur du trauma (agresseur, pédophile, parent violent...). Le contenu, très détaillé, permet d’avoir une compréhension précise des processus de reconstruction de soi.

La principale énigme de ce livre sera la première phrase de la quatrième de couverture : "rapprocher les deux concepts de trauma et de résilience ne va pas de soi’’. En effet, sans le trauma, les processus de résilience n’ont pas de sens car ils sont justement une conséquence directe du trauma. On pourrait tout autant dire que le lien entre la pluie et le parapluie ne va pas de soi non plus... Mais dès les premières pages du corps de texte, l’esprit s’éclaircit. Trauma et résilience sont parfaitement définis.

Comment peut-on comprendre ce qu’est un traumatisme ?

Trauma et resilience victimes et auteursImaginons que l’esprit soit comme un fruit. Il est constitué de pulpe, l’essence du fruit, ainsi que d’une couche externe plus résistante qui protège des agressions extérieures, la peau. Cette dernière, que l’on appelle le pare-excitateur chez les freudiens, rend indifférent aux petites agressions du quotidien mais atténue également les agressions un peu plus importantes. C’est à ce moment-là que les défenses d’un individu s’expriment. On va se mettre en colère, répondre à l’agressivité par de l’agressivité, chercher une épaule compatissante pour se délester de son surplus de mal-être…

Mais parfois l’agression est trop puissante et les mécanismes habituels de défense n’ont plus de prise. Il y a alors risque pour l’organisation et la cohérence même de l’esprit. C’est à ce moment -là que l’on peut parler de traumatisme. Les auteurs en décrivent ainsi deux formes qui pourraient correspondre aux termes de chronique et d’aigu. Si certains traumatismes sont dus à un environnement toxique, comme des contextes de vie destructeurs et avilissants aux effets d’usure qui peuvent s’inscrire très profondément, d’autres sont liés à un danger intense, une souffrance extrême ou plus globalement un événement massif et soudain. A chaque fois, le traumatisme vient du fait que l’esprit ne peut pas s’adapter à la situation et se retrouve dans un état de sidération, de paralysie de la pensée voire d’agonie psychique. C’est là qu’interviennent les processus de résilience.

Qu’est-ce que la résilience ?

La résilience est décrit comme un "processus multifactoriel de protection et d’élaboration permettant un nouveau développement après un traumatisme’’. Les auteurs mettent en avant deux étapes :

  • dans un premier temps, lors de la confrontation au trauma, ou dans sa suite directe, la victime déploie n’importe quel type de protection pour lutter contre la charge morbide (la violence traumatisante) qui agresse le Moi. L’inhibition des affects, un sentiment de toute-puissance, des passages à l’acte... Si on reprend l’image du parapluie, face à l’averse, l’esprit se protège avec ce qu’il trouve… bref, un parapluie ;
  • le second temps est la résilience à proprement parlé. Il s’agit, plus tard, de trouver la capacité de relancer le développement de soi ; c’est-à-dire la capacité à intégrer ce qui a été vécu et à inhiber les mécanismes de défense d’urgence pour finalement les remplacer par des mécanismes plus souples comme la créativité, l’altruisme, l’intellectualisation...

En continuant l’image du parapluie, il s’agit maintenant de refermer le parapluie, de ne plus se recroqueviller sous lui alors qu’il ne pleut plus. Voire, d’improviser une petite chorégraphie en utilisant toutes les flaques d’eau à des fins esthétiques comme aurait pu le faire Gene Kelly lorsqu’il interprète la chanson "(I’m) singing in the rain’’ !

Pour aller plus loin

En partant de la description des mécanismes résumés partiellement ici, l’ouvrage étudie les processus de l’humour, de la répétition ou encore de la victimisation avant d’intégrer ces processus dans des aspects plus concrets : traumatisme en fonction des âges, de l’enfant à la personne âgée, les familles toxiques ou l’étude de fonctionnements chez les auteurs de violences.
Enfin, cet ouvrage fait le point sur les différents traitements qu’ils soient législatifs ou thérapeutiques pour les victimes mais aussi pour les auteurs de violences.
Globalement, il s’agit d’une source d’information approfondie et sérieuse sur un sujet central pour mieux comprendre la souffrance psychique des patients et de leurs proches. En un mot, un ouvrage à recommander.

Bibliographie

  • Trauma et résilience, sous la direction de Coutanceau R., Smith J. et Lemitre S. Victimes et auteurs, ed. Dunod, juin 2012, 450 pages, 38€.

Creative Commons License
Psychologue clinicien,
Rédacteur pour Infirmiers.com
cyril.joannes@izeos.com

Retour au sommaire du dossier Livres de la rédaction

Publicité

Commentaires (1)