INFOS ET ACTUALITES

Un gérontopôle en Pays de la Loire

Après ceux de Toulouse et de Dijon, un gérontopôle est lancé dans la région Pays de la Loire. Cet ambitieux projet sera accompagné de la création d'une "maison de la longévité".

Au cours d'une conférence de presse tenue le 17 décembre 2010, a été annoncée la création du gérontopôle Autonomie longévité des Pays-de-la-Loire. Après ceux de Toulouse et de Dijon, il se veut un pôle de recherche et d'expertise sur le bien vieillir et un centre d'étude et d'observation.

Le président de la région Pays-de-la-Loire, Jacques Auxiette, et le chef du service de gériatrie du CHU de Nantes, le Pr Gilles Berrut, qui est aussi président de la SFGG (Société française de gériatrie et de gérontologie) et porteur du projet, l'ont présenté comme ayant vocation à "améliorer la prise en compte des besoins des personnes âgées en permettant des synergies entre les universitaires, les acteurs de la santé, de la formation et de la recherche, les entreprises et les institutions publiques qui interviennent dans le champ de la gériatrie et de la gérontologie". Un habitant des Pays-de-la-Loire sur trois aura plus de 60 ans en 2030.

Le gérontopôle a quatre axes de développement : la formation et l'enseignement aux métiers de l'autonomie et de la longévité, la recherche fondamentale appliquée, le conseil et le diagnostic territorial et le développement économique régional. En matière de recherche, les missions du gérontopôle seront notamment de répondre aux appels à projets et programmes de recherche français, européens et internationaux, et de se pencher sur les gérontechnologies (domotique, géolocalisation...) et sur le développement durable et l'habitat pour les personnes âgées.

Éducation et formation des professionnels de santé

Concernant la formation, le gérontopôle aura pour tâche de réfléchir à la formation aux nouveaux métiers gérontologiques (assistant de soins en gérontologie, gestionnaire de cas...), à la création de diplômes d'excellence, nouveaux master et cursus, et à la qualification des intervenants à domicile. Il devra initier le grand public aux problématiques de la longévité et de l'autonomie.

Le gérontopôle devrait aussi travailler à l'ouverture d'une plate-forme universitaire numérique de tutorat, de formation et de promotion professionnelle, et faire de l'éducation sur les pathologies chroniques et les limitations fonctionnelles liées à l'âge.

S'agissant du développement économique, il veillera à développer un réseau régional de compétitivité et les partenariats entreprises et recherche universitaire, à accompagner des entreprises par la validation de technologies et services et à les conseiller pour la conquête de nouveaux marchés.

Enfin, pour le conseil, il est prévu la création d'un centre d'études, qui pourra faire de la veille économique et étudier les modalités de vieillissement, ses aspects sociologiques et environnementaux. Le gérontopôle devra aussi notamment décliner le label "bien vieillir" et mener une réflexion sur l'harmonisation des politiques publiques.

Soutenu par le Conseil régional, ce gérontopôle est porté conjointement par l'université de Nantes, les CHU de Nantes et d'Angers, la SFGG, l'observatoire régional de la santé, la société d'économie mixte (SEM) régionale des Pays-de-la-Loire, le réseau des Greta (groupements d'établissements de formation continue pour adultes), le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) des Pays-de-la-Loire et la chambre de commerce et d'industrie Nantes Saint-Nazaire.

Une maison de la longévité

Le pôle s'incarnera aussi avec la création d'une "maison de la longévité" qui "devrait voir le jour dans l'agglomération nantaise en 2014. La maîtrise d'ouvrage devrait être assurée par la Région. Cette structure sera un lieu d'information, de recherche, d'exposition permanente et de formation sur les métiers liés à la longévité. Elle visera aussi à "faire évoluer le regard de la société sur le grand âge et le vieillissement".

L'objectif principal du projet sera de présenter dans un lieu unique les "aménagements spécifiquement adaptés à une population âgée" avec l'objectif d'aboutir à terme à l'élaboration d'une norme "grand âge" pour l'accès aux établissements recevant du public, plus adaptée que la norme "handicap".

Démarrage prévu en juin 2011

Le démarrage des activités et le lancement des "projets clients" du gérontopôle sont prévus pour juin 2011. Les programmes d'études et de validation devraient être engagés en janvier 2012. La pose de la première pierre de la maison de la longévité est prévue pour 2012 pour une inauguration en 2014. Il est prévu aussi d'organiser une biennale de la longévité à Nantes en juin 2012. Le gérontopôle espère des premières publications internationales, liées aux projets menés, en 2013.

Le gérontopôle Autonomie longévité sera constitué en association loi 1901. Le gérontopôle, dont le porteur est le Pr Gilles Berrut, comptera une équipe de six permanents, dont un directeur scientifique, un assistant de recherche clinique, un méthodologiste biostatisticien, un secrétariat, un responsable des achats et un responsable des relations publiques, a-t-on appris lundi auprès du gérontopôle. Il s'installera dans des locaux du CHU de Nantes, mis gracieusement à sa disposition.

Le gérontopôle est soutenu par le Conseil régional qui apporte 300.000 euros pour le fonctionnement en 2011, en plus des 100.000 euros prévus en 2010. A terme, notamment à partir de fin 2013-14, l'objectif est de pouvoir se financer grâce aux prestations apportées aux entreprises, a précisé la responsable des relations publiques du gérontopôle à l'APM.

En outre, 3 millions d'euros sont prévus pour la maison de la longévité dans le cadre du programme pluriannuel d'investissement 2010-16. D'autres financements restent à définir, a-t-elle précisé.

Publicité

Commentaires (0)