INFOS ET ACTUALITES

Une cinquantaine d’infirmiers gazés sur le Jeu-de-Paume

Intervention de la police. Ph. N. Guyonnet

Ils n’étaient pas plus de cinquante. Mais la manifestation des infirmiers a été plutôt agitée le 30 mars 2010.

En début d’après midi, les "blouses bleues" ont fait un sit-in sur le boulevard du Jeu-de-Paume, juste avant les halles Laissac.

Plusieurs équipages de la compagnie départementale d’intervention (CDI) de la police nationale ont alors demandé au bout d’un quart d’heure aux manifestants de se lever et de laisser libre la voie de circulation.

Intervention de la police. Ph. N. Guyonnet

Intervention de la police. Ph. N. Guyonnet
Direct Montpellier Plus

Regroupés, au centre du boulevard avec leurs banderoles les infirmiers ont été sommés de se lever sous peine d’être gazés.

Moins d’une minute plus tard, la menace était mise à exécution. Même si le chef du dispositif a rapidement prévenu les manifestants, il n’y a pas eu de demi-mesure dans l’action par rapport à d’autres situations. Le gazage a été prolongé et directement dirigé vers le bas, pour atteindre les visages et non en l’air par pressions pour faire se lever les manifestants. Une intervention qui apparaît démesurée en rapport au nombre et au calme des manifestants.

« Ils voulaient rester plus d’une demi-heure et ils n’avaient pas fait de demande préalable de manifestation auprès de la préfecture. Ainsi nous n’avions pas prévu de dispositif de circulation. Cela posait un problème de patience des automobilistes qui s’énervaient et qui auraient pu foncer dans le tas. On les a prévenus qu’on allait les faire se lever ils nous ont répondu qu’ils s’en foutaient et que l’on avait qu’à faire notre boulot », expliquent les responsables de l’intervention.

Remis des nuages de gaz fortement irritant, les infirmiers se sont alors dirigés vers la gare. Là un dispositif encore plus important de forces de l’ordre (un policier pour deux manifestants environ) s’installait devant les portes et prévenait calmement : « Si vous rentrez dans la gare la circulation des trains devra être bloquée et nous interviendrons beaucoup plus fort que tout à l’heure. Vous êtres prévenus ».

La  police a d'abord tenté d'évacuer les manifestants par la force. Ph. N.  Guyonnet

La police a d'abord tenté d'évacuer les manifestants par la force.
Ph. N. Guyonnet
Direct Montpellier Plus

Le cortège a alors pris la direction de la préfecture pour que chacun dépose symboliquement sa blouse sur les grilles du bâtiment.

Les infirmiers manifestaient à l’appel d’un mouvement national. Ils protestent contre le projet du gouvernement donnant le choix aux personnels infirmiers et paramédicaux entre une meilleure rémunération assortie d'un départ à la retraite à partir de 60 ans et le maintien de leur droit à la retraite à partir de 55 ans, mais avec une petite revalorisation.

 

 

 

Source : Direct Montpellier Plus du 31 mars 2010


Direct Montpellier Plus

Publicité

Commentaires (9)

Golane

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#9

Incroyable mais vrai !

IL serait bien d'envoyer la photo a madame la ministre de la santé. Quelle honte d'agir ainsi avec des personnes qui sauvent la vie !!!

nozinan

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#8

IADE !

Il s'agissait des INFIRMIERS-ANESTHESISTES DIPLOMES D'ETAT = IADE !
Ils sont doublement lésés dans le protocole d'accord Bachelot !
Une aumône par rapport à tous les autres alors qu'ils font les études les plus longues et que leurs responsabilités ne sont plus à démontrer !
Ils réclament une nouvelle grille indiciaire avec un écart de 100 poits d'indice par rapports aux échelons des nouvelles grilles IDE !

alberic

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#7

regardez vous, ça vous inspire quoi ?

Vous faites moins les maryolles dans les zones de non-droit. Vous n'êtes que des lâches. A quand une manifestation des pensionnaires des maisons de retraite pour que vous puissiez vous défouler, messieurs les policiers ?

zeb24

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#6

Correctif

C'est dramatique oui.

Les manifestants n'étaient pas plutôt des IADE qui manifestaient pour une juste reconnaissance salariale, de leur niveau de compétence et de responsabilité ?
Ça fait bien longtemps qu'on a pas vu un IDE dans la rue ...

guitare38

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#5

triste police

ca ne m 'étonne pas que la police réagisse ainsi.
Je les vois faire dans mon lieu d habitation avec des petits jeunes qui discutent tranquillement sur la place du village: Des cowboys!
Par contre à quelques kms dans une banlieue chaude ils prennent un peu plus de précautions.Jamais ils n auraient agi ainsi sous peine de represailles immediates...
Ca me rappelle un film avec dewaere et depardieu ou l un demandait à l autre pourquoi il avait fait flic : Réponse , parce que je n avais pas de capacités...

barney

Avatar de l'utilisateur

127 commentaires

#4

Quelle honte !

Un grand BRAVO au préfet de police qui a organisé ce gazage de manifestants pacifistes qui eux, défendent la profession contrairement à l'(h)oni que l'on peut légitimement soupçonner de vouloir la mettre en coupe réglée !

Mais quand il s'agit d'intervenir pour rétablir le calme en banlieue lors d'émeutes organisées par des voyous, bizarrement, ces "messieurs" sont moins empressés de faire respecter "la loi et l'ordre".

Pauvre France, quelle république bannière es-tu donc devenue ?!

librio62

Avatar de l'utilisateur

38 commentaires

#1

Edifiant

Quand même, la 1ère photo parle d'elle-même. Directement dans le visage et dans les yeux sur des manifestants calmement assis!! Quand on sait que le Gaz C.S pour "professionnels" est autrement concentré que nos petites bombinettes à nous....