INFOS ET ACTUALITES

A lire - La vérité sur VOS médicaments

Quatre professeurs de médecine ont présenté le 24 mars dernier lors d'une conférence de presse un ouvrage réalisé sous leur direction qui entend répondre de manière scientifique aux questions liées aux médicaments et à restaurer la confiance des patients, après les multiples scandales qui ont touché le monde pharmaceutique.

médicaments

Le médicament n'est ni un ange, ni un démon. Il ne mérite ni cet excès d'honneur ni cette indignité...

Avec ce livre de 590 pages paru le 26 mars 2015, intitulé "La vérité sur vos médicaments" (édition Odile Jacob), les Prs Jean-François Bergmann, François Chast, André Grimaldi et Claire Le Jeunne proposent une analyse indépendante, sans parti pris, sur les médicaments en France, leur développement, leur évaluation, leur bon et leur mauvais usages, peut-on lire sur la quatrième de couverture. Les médecins, qui verseront leurs droits d'auteur à la Fondation pour la recherche médicale (FRM), se livrent à une critique de l'industrie pharmaceutique, mais aussi des prescripteurs, des autorités sanitaires et du comportement des patients.

Ne pas douter de la science, mais introduire le doute dans la connaissance scientifique... *

Nous sommes aujourd'hui dans une situation de flou que nous voulions lever en redonnant de la confiance. Il s'agit d'utiliser la vérité scientifique pour expliquer ce que sont les médicaments dont un patient se sert tous les jours, a dit Jean-François Bergmann, chef du service de médecine interne à l'hôpital Lariboisière (AP-HP, Paris), lors de la conférence de presse. Selon lui, le livre n'est pas un guide, mais un outil d'analyse et de compréhension. L'objectif est de redonner un équilibre dans une masse d'information difficile à démêler et de faire un peu d'apaisement, d'éloges sur les médicaments tout en rapportant les errements et les erreurs. Pour Jean-François Bergmann, l'initiative n'est pas empreinte de candeur, dans la mesure où les auteurs sont conscients du contexte particulier de la France, marqué par les scandales, la surprescription, le poids de l'industrie, la baisse des dépenses publiques, la tendance à prescrire les molécules les plus récentes et les plus chères, la mauvaise observance... Nous avons fait un état des lieux scientifique. Nous revendiquons le droit à l'erreur. Des études pourront remettre en cause tout ça, a dit François Chast, chef du service de pharmacie clinique du groupe hospitalier (GH) Paris centre (AP-HP). Il ne faut pas douter de la science mais introduire le doute dans le raisonnement scientifique, a-t-il poursuivi.

Notre objectif est plus de décrire pour comprendre, de comprendre pour analyser, d'analyser pour proposer... *

L'ouvrage est découpé en trois parties :

  • la première - la plus imposante (380 pages) - rassemble les contributions de 28 médecins et fait un zoom sur une trentaine de domaines thérapeutiques, les stratégies médicamenteuses disponibles et leur évolution dans le temps ;
  • la deuxième partie s'intéresse quant à elle au parcours du médicament, notamment en termes d'évaluation bénéfices/risques ou de pharmacovigilance ;
  • et la troisième aux scandales de l'industrie pharmaceutique.

Chaque auteur a déclaré ses liens d'intérêts, défendu ses thèses en toute indépendance et, lorsqu'il y a lieu, les désaccords entre spécialistes ont été signalés... *

Les quatre médecins soulignent qu'ils n'ont pas pour objectif d'être exhaustifs ou péremptoires dans leur analyse. Lorsque des débats se sont fait jour, notamment avec les collaborations des 28 autres experts, des encadrés ont été intégrés dans les chapitres, laissant parfois des sujets en suspens. Cette démarche collective s'inscrit contre l'initiative du Pr Philippe Even, qui a publié avec le Pr Bernard Debré en 2012 un "Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux" et en 2013 un livre polémique où il remet en cause l'utilité et la sécurité des statines dans le traitement du cholestérol. Pour André Grimaldi, professeur émérite d'endocrinologie-diabétologie à la Pitié-Salpêtrière (AP-HP, Paris), Philippe Even a produit une analyse biaisée, parsemée de contre-vérités et d'erreurs, en travaillant quasiment seul et en n'étant pas spécialiste des domaines qu'il a abordés. Ses conclusions auraient conduit de nombreux patients à abandonner les statines, avec à la clé une augmentation des infarctus et des décès.

Il est absolument primordial de contrôler la qualité des essais thérapeutiques, afin de statuer en toute transparence sur l'intérêt réel des traitements et leurs indications. La mise sur le marché, étape capitale, devrait donc s'accompagner d'un guide de bon usage et ne devrait jamais être considérée comme définitive. *

Pour une "évaluation critique" des médicaments

Dans leur ouvrage, les quatre experts appellent à une évaluation critique des médicaments disponibles dans le traitement des grandes maladies, pour aller au-delà des manoeuvres de l'industrie pharmaceutique. Ils constatent que des médicaments anciens, dont l'intérêt n'est pas démenti et la bonne tolérance validée, sont souvent délaissés pour des médicaments réputés 'innovants' mais dont les avantages sont incertains ou mineurs, les effets indésirables le plus souvent méconnus et les coûts beaucoup plus élevés. On ne peut plus se contenter d'évaluer le rapport bénéfices/risques d'un médicament, force est de prendre également en compte son rapport bénéfice pour l'individu/coût pour la collectivité, écrivent-ils. Ils estiment aussi qu'il est absolument primordial de contrôler la qualité des essais thérapeutiques, afin de statuer en toute transparence sur l'intérêt réel des traitements et leurs indications. La mise sur le marché devrait donc s'accompagner d'un guide du bon usage et ne devrait pas être considérée comme définitive. Un peu de courage politique et surtout une vision claire de l'intérêt du malade comme seul critère de jugement doivent transformer passivité ou collusion des décideurs en dynamisme et indépendance, prônent les quatre médecins. Ils réclament par ailleurs plus de cohérence et de fluidité dans l'action des autorités sanitaires et demandent un renforcement de la formation continue pour les prescripteurs, qui restent réfractaires à une analyse critique sur les médicaments et sont sensibles au chant des sirènes des industriels. Les patients, eux, ne savent pas aisément faire le tri entre ce qui est indispensable, accessoire ou inutile, ce qui pourrait être amélioré grâce à l'éducation thérapeutique.

Le médicament n'est ni un ange, ni un démon. Il ne mérite ni cet excès d'honneur ni cette indignité. La vérité scientifique est rarement univoque, c'est pourquoi nous avons privilégié le débat et la confrontation des idées et des pratiques. Nous avons donc livré aux lecteurs nos vérités sur les médicaments. *

Révélations sur la première liste des meilleurs médicaments

sciences et vieParallèlement, dans son numéro d'avril 2015, le magazine Sciences & Vie rapporte que des médecins français - 14 généralistes et 10 médecins membres de la Société française de médecine interne (SNFMI) réunis autour du Pr Michel Thomas, interniste à la faculté de médecine de Bobigny - ont établi une liste de 151 médicaments dits "essentiels" permettant de traiter 95% des maladies dont souffrent les Français. *

la vérité sur vos médicaments• La vérité sur vos médicaments, J.-F. Bergmann, F. Chast, A.Grimaldi, C. Le Jeunne, C. Hédon. Editions Odile Jacob 2015, 589 pages, 23,90 euros.

* Citations et encadré - Rédaction Infirmiers.com

Publicité

Commentaires (0)