INFOS ET ACTUALITES

Vers une éradication de l'hépatite C pour 2025 ?

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Ces deux dernières années, de nouvelles avancées médicales, en matière de prévention, de dépistage et de traitement, ont été réalisées dans la lutte contre les hépatites virales. Aujourd'hui, une éradication de l'hépatite C peut être envisagée, à condition que les moyens mis en œuvre soient proposés à l'ensemble de la population. Explications.

Une éradication de l'hépatite C d'ici 2025 ?

Foie hépatite

En France, environ 600 000 personnes sont atteintes d'une maladie hépatique virale

L'arrivée de nouveaux antiviraux à action directe sur le marché pharmaceutique pourrait bien bouleverser l'histoire de la médecine. En effet, l'utilisation de ces médicaments en association permettrait d'éradiquer l'hépatite C d'ici 10 ans. Nous sommes passés de traitements lourds et longs avec des effets indésirables importants et des taux de guérison de l’ordre de 70% à des traitements simples, courts, bien tolérés et qui assurent des taux de guérison de plus de 95% le plus souvent en seulement 3 mois, explique le secrétaire général de l’Association française pour l'étude du foie (AFEF), Victor de Ledinghen. Une première dans l'histoire de la médecine puisque jusqu'ici aucune maladie chronique n'était en mesure de disparaître grâce à un traitement médical. Aujourd'hui, un plan d'éradication est étudié dans le but d'adopter la stratégie la plus efficace et adaptée. La France est pionnière en la matière car actuellement l’enjeu est bien l’éradication de l'hépatite C. Il faut un véritable plan pour définir comment et en combien de temps nous arriverons à cet objectif. Un but que l'AFEF est déterminée à atteindre d'ici 2025.

La France est pionnière en la matière car actuellement l’enjeu est bien l’éradication de l'hépatite C.

Traitements, dépistage, vaccins… une accessibilité à tous

Pour que l'éradication des hépatites virales puissent être possible les associations, notamment AIDES, réclament une plus grande accessibilité des moyens de lutte contre ces maladie. "C'est une question d'égalité devant le soin. C'est aussi l'espoir inédit de mettre fin à une épidémie de l'hépatite C qui touche plus de 230.000 personnes en France" défend Bruno Spire, président de AIDES. En cette journée nationale de sensibilisation, l'association appelle donc le gouvernement à tout mettre en œuvre pour faire baisser les prix exorbitants de ces nouveaux traitements et en garantir l'accès inconditionnel aux malades. Bien que cette baisse soit attendue, ces prix demeurent pour l'instant très excessifs (entre 46 000 et 66 000 euros par malade en moyenne) . Ces nouveaux médicaments ne sont donc proposés qu'aux patients en stade avancé de la maladie. Les malades doivent désormais attendre que l’état de leur foie et de leur santé se dégradent pour avoir accès aux traitements. Nous demandons la fin de cette discrimination en ouvrant l’accès aux soins à tous les malades, revendique SOS Hépatites Fédération.

Désormais, dans cette stratégie d'éradication, un outil de dépistage rapide du VHC permet une mise en place précoce de ces nouveaux antiviraux. Cependant "ils n'auront l'effet escompté que s'ils s'accompagnent d'une offre de dépistage efficace, en proximité avec les populations les plus exposées.", précise Bruno Spire. Pour autant, ces TROD (tests rapides d'orientation diagnostique) ne sont toujours pas mis à disposition des associations, dont certains membres sont d'ores et déjà formés à leur utilisation.

L'hépatite B pourrait également être éradiquée si une vaccination universelle était mise en place en France, comme le recommande l'OMS, selon SOS Hépatites Fédération. En effet, le gouvernement refuse de s'engager dans une telle compagne en raison des suspicions d'atteintes neurologiques liées au vaccin.

Malgré l'apparition de nouvelles molécules, le traitement contre l'hépatite C ne reste accessible qu'à un nombre limité de patients compte tenu de son coût exorbitant.

Les hépatites virales : le bilan

En 2015, la population a une nette méconnaissance de ces pathologies, des modes de prévention et de transmission. Par ailleurs, selon SOS Hépatites Fédération, 280 000 personnes sont porteuses du VHB et 370 000 du VHC, cependant environ 50 % d’entre elles l’ignorent. Il s'agit en effet d'une pathologie qui évolue silencieusement. Chaque année, les hépatites virales, notamment leurs complications (cirrhose et cancer du foie),  provoquent 4 000 à 5000 décès. Les virus responsables de ces maladies sont 10 à 100 fois plus transmissibles que le VIH par voie sanguine.

Infographie hépatite

En 2014, 14 000 patients atteints de l'hépatite C ont été traités et guéris par ces nouveaux antiviraux à action directe. En 2015, plus de 15 000 patients devraient en bénéficier (soit 30 000 personnes au total en deux ans) notamment les plus sévèrement atteints. Une avancée médicale qui pourrait bien contribuer à l'éradication de la maladie, à condition que la baisse des prix de ces médicaments soit effective, souligne l'AFEF.

280 000 personnes sont porteuses du VHB et 370 000 du VHC, cependant environ 50 % d’entre elles l’ignorent.

Creative Commons License

Journaliste infirmiers.com gwenaelle.hight@infirmiers.com @GwenHight

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)