INFOS ET ACTUALITES

Vers une politique anti-tabac plus offensive...

Cet article fait partie du dossier:

Tabacologie

    Précédent Suivant

Les pneumologues lancent un nouvel appel en direction des politiques pour qu'ils mettent en œuvre des actions ayant pour objectif la fin progressive du tabac, c'est-à-dire une prévalence de fumeurs de moins de 5%, dans un communiqué diffusé vendredi à l'occasion de l'ouverture à Lyon du Congrès de pneumologie de langue française (CPLF).

Vers une politique anti-tabac plus offensive...S'appuyant sur le thème principal de l'édition 2012, les infections respiratoires, les pneumologues - quelques 5000 praticiens présents lors du Congrès dont un quart venant de pays étrangers francophones - rappellent que le tabac y contribue de manière active et passive.

"Il reste un facteur majeur d'augmentation du risque et de gravité de ces infections" chez l'enfant et l'adulte, soulignent les organisateurs du CPLF, la Société de pneumologie de langue française (SPLF), le Collège des pneumologues des hôpitaux généraux (CPHG) et l'Association de perfectionnement post-universitaire des pneumologues (APP).

Les pneumologues demandent aux politiques de reprendre "la voie prise en 2003 avec le premier plan cancer", avec comme but fixé la "fin progressive du tabac".

Cet objectif de moins de 5% de fumeurs, demandée par les associations françaises et européennes et les acteurs de santé, a déjà été voté par les députés finlandais et, selon le CPLF, "sera atteinte dans certains pays dès 2025".

"Une fin du tabac en 2040 en Europe est un objectif réaliste si les politiques suivent l'opinion très majoritaire des Français qui demandent que les jeunes soient protégés d'une initiation précoce au tabagisme et que le traitement de la dépendance, principale cause de mort évitable en France, soit pris en charge comme il se doit pour une maladie chronique récidivante par l'assurance maladie".

Les pneumologues espèrent "qu'un nouveau pas dans la protection contre ce fléau" pourra être franchi sur la base des propositions d'un groupe de travail présidé par le député Yves Bur sur la poursuite de la lutte contre le tabac en France. Le rapport devait être remis le 15 janvier dernier.

En France, la prévalence du tabagisme chez l'adulte en France est proche de 30%, avec une hausse de deux points entre 2005 et 2010, rappellent-ils.

Retour au sommaire du dossier Tabacologie

Publicité

Commentaires (0)