INFOS ET ACTUALITES

Virus, confinement : que dire aux enfants ? Les conseils des psychiatres

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Les parents, les professeurs et les soignants sont maintenant confrontés à la nécessité de parler de l'épidémie de coronavirus aux enfants et aux adolescents. Des échanges que certains appréhendent. Pour aider les adultes à aborder la question avec les plus jeunes, mais aussi à traverser cette période, les équipes du service de psychiatrie infanto-juvénile des Hôpitaux Universitaires de Marseille (AP-HM), ont mis à disposition des usagers cinq guides et une bande dessinéeDes approches simples pour gérer le séjour à domicile, préparer les enfants au confinement et leur parler de cette crise sanitaire en s’adaptant à leur âge.

D'après les médecins, rien de tel que d'inclure les enfants dans la planification des activités à la maison. Un moyen efficace de leur donner des repères et de les rassurer, en soutenant ainsi leur sens de l'action et du contrôle.

Créer un espace de discussion ouvert et sécurisant pour les questions des enfants au sujet de cette épidémie, répondre aux questions le plus honnêtement possible, aider les plus jeunes à aller chercher les sources d’information pertinentes sur des sites sûrs, ne pas les laisser trop regarder la télévision et son lot de nouvelles peu rassurantes et se préparer à répéter les choses si besoin : les internes du pôle de psychiatrie pédopsychiatrie et addictologie des Hôpitaux Universitaires de Marseille conseillent d'abord d'ouvrir le dialogue autour de l'épidémie et du confinement.

Aider les enfants à s'adapter à leur nouvelle vie pendant le confinement 

D'après les médecins, rien de tel que d'inclure les enfants dans la planification des activités à la maison. Un moyen efficace de leur donner des repères et de les rassurer, en soutenant ainsi leur sens de l'action et du contrôle. Les parents doivent ainsi s'efforcer de créer un environnement rassurant pour leurs enfants. Les psychiatres soulignent par exemple l'importance de conserver des routines (heure du coucher, des repas et de l'activité physique), de s'assurer que les produits de première nécessité (nourriture, eau, savon) sont bien disponibles, de faire également preuve de patience et de tolérance, malgré les difficultés engendrées par cette période, et de maintenir autant que possible, une ambiance positive sous le toit familial. Les psychiatres insistent aussi sur la nécessité d'une communication ouverte, qui passe par le fait de discuter de la situation avec les plus jeunes, avec, bien entendu, un vocabulaire adapté à leur âge, mais aussi par le fait de s'assurer qu'ils n'ont pas de fausses idées sur la situation, toujours grâce à l'échange régulier avec eux. 

Pour que les enfants maintiennent un lien social avec leurs amis et avec la famille, les parents ne doivent pas hésiter à utiliser le téléphone ou Internet. Enfin, les signes d'anxiété et de dépression chez l'enfant (troubles du sommeil, perte d'appétit...) doivent amener les parents à contacter un professionnel de santé mentale

Limiter les impacts psychologiques de l'épidémie sur les enfants

Les écoles fermées, les spectacles suspendus, les musées et les parcs fermés... Comment expliquer tout cela aux plus petits ? Quatre points à retenir selon les psychiatres : expliquer, rassurer et relativiser, imager et enfin, redonner un sentiment de contrôle. Etablir des comparaisons, par exemple avec le virus de la grippe, peut aider les parents, mais aussi de faire appel aux images. C'est comme si nous étions de petites autos qui peuvent transporter le virus d'une auto à une autre, propose ainsi l'un des guides mis à disposition des parents. Le fait, enfin, d'expliquer à quoi servent les mesures barrières éloigne l'impuissance en donnant du sens à l'action de chacun. Et le guide de poursuivre la métaphore : Nous aussi, on peut aider de différentes façons. Comme en se lavant bien les mains. Quand on lave bien notre auto, elle est propre après et elle ne transporte plus de virus.

"Coconfinement"

Dans une bande-dessinée à destination des plus jeunes, les médecins abordent aussi la question du confinement. Le confinement, c'est un mot bizarre, réservé aux adultes. Les enfants ont un mot bien plus joli pour dire la même chose : le coconfinement, s'amusent les auteurs. Une manière ludique de s'adresser à un jeune public et de le rassurer dans ce contexte anxiogène.

Retrouvez toutes les informations et les guides à télécharger sur le site de l'AP-HM.

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)