EN BREF

20 millions de Français ressentent des acouphènes, dont environ 6 millions "souvent"

C'est aujourd'hui la 23e édition de la Journée Nationale de l’Audition. A cette occasion, l’enquête JNA-Ifop 2020 "2020-2030 : Quel avenir pour les oreilles des Français ?" montre une augmentation des personnes concernées par les acouphènes de 31% en 2017 à 39% en 2020. Environ 20 millions de Français ressentent des acouphènes, dont environ 6 millions "souvent". 91% des personnes interrogées affirment qu’avoir une bonne audition a une influence importante sur sa santé en général. Cette affirmation se transforme même en conviction pour 40% des interviewées qui considèrent cette influence comme "très importante". L’audition fait partie des inquiétudes des Français après les AVC. Bien que conscients de l’importance de bonnes capacités auditives sur la santé, ils sont cependant peu nombreux à s’informer. Lorsqu’ils le font, c’est avant tout auprès de professionnels de santé puis sur internet. 

1 Français sur 2, quel que soit l’âge, indique rencontrer des difficultés à suivre les conversations dans les différents lieux de vie. 63% des étudiants ! Plus des 3/4 des Français de 15 ans ou plus (77%) affirment que les bruits et nuisances sonores ont des répercussions négatives sur différents domaines de leur santé. Seulement 1 personne interrogée sur 2 affirme s’être déjà rendue chez un médecin ORL pour faire un bilan complet de son audition, seulement 4 jeunes sur 10. Enfin, concernant l’hygiène de vie, les modes d’écoute de musique nomade ne sont plus les seuls indicateurs d’alerte ! La majorité des Français de tous les âges fait part de difficultés de compréhension de la parole dans l’ensemble des lieux et situations de vie. Et cela, même chez les 15 - 18 ans ! Lorsque 64% des jeunes lycéens et étudiants indiquent rencontrer des difficultés de compréhension de la parole à cause du bruit dans les classes, on ne peut que s’inquiéter sur l’optimisation des apprentissages.  

Cette nouvelle enquête montre l’urgence de prendre en compte les risques anthropiques (dus aux activités et aux modes de vie de l’homme) aux côtés des pratiques d’écoute de musique nomade pour développer une nouvelle écologie santé respectueuse des besoins physiologiques de l’oreille.

Consulter l'intégralité des résultats de l'enquête JNA-Ifop 2020

Publicité

Commentaires (0)