EN BREF

L'AP-HP adopte 4 nouveaux protocoles pour élargir les compétences des infirmiers

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) vient d’adopter 4 nouveaux protocoles de coopération qui confient de nouvelles tâches aux infirmiers.

Ces 4 nouveaux protocoles concernent respectivement le suivi d’enfants et d’adolescents atteints d’épilepsie, celui de patients traités par anticancéreux oraux (ACO) à domicile, la surveillance et l’adaptation du traitement anticoagulant de patients sous anti-vitamine K, et l’utilisation d’un échographe pour le repérage et l’échoguidage des veines ou artères des membres supérieurs et inférieurs.

Consultations infirmières et prescription

Dans le cadre du premier protocole, il est ainsi prévu que des consultations de suivi soient assurées par des infirmiers, puéricultrices ou des infirmiers de pratique avancée (IPA), spécialité « pathologies chroniques stabilisées », auprès de jeunes patients atteints d’épilepsie. Les infirmiers, à l’issue d’une formation au protocole, pourront adapter la posologie des antiépileptiques, renouveler la prescription du traitement d’urgence, ou encore celle de certains traitements ou examens de biologie. Il existe plusieurs conditions à l’application de ce protocole : les patients devront avoir d’abord été reçus au moins une fois par un médecin délégant, les infirmiers auront à justifier d’une expérience professionnelle de deux ans, d’une formation à l’éducation thérapeutique et d’une attestation de formation aux gestes et soins d'urgence. Les objectifs sont d’améliorer la prise en charge des enfants et adolescents atteints d’épilepsie en diminuant les délais d'attente pour une consultation de suivi, précise l’AP-HP dans un communiqué, et ainsi diminuer la survenue d’événements aigus, éviter les passages aux urgences et réduire les hospitalisations

De prescription, il est également question dans le cadre du deuxième protocole, qui actualise un protocole déjà autorisé par arrêté en 2012. Il conduit à un élargissement des professionnels délégants, mais aussi délégués, composés des infirmiers et des pharmaciens hospitaliers. Ces derniers pourront évaluer cliniquement et orienter le patient, prescrire certains médicaments et examens de biologie, décider ou non de la reprise des traitements ACO discontinus. Les conditions d’accès (expérience, compétences) sont identiques à celles requises dans le cadre du protocole sur le suivi des enfants atteints d’épilepsie.

Le protocole de surveillance et d’adaptation du traitement anticoagulant de patients sous anti-vitamine K (AVK) prévoit, lui aussi, des consultations de suivi assurés par les infirmiers. Le délégué pourra ajuster le traitement anticoagulant, renouveler les ordonnances médicamenteuses et de biologie, précise le communiqué. Les professionnels de santé devront justifier d’une expérience professionnelle d’un an dans un service prenant en charge des patients atteints d’une maladie nécessitant une anticoagulation par AVK et être titulaires d’une AFGSU datant de moins de 4 ans. L'objectif principal du protocole vise à améliorer la surveillance des patients traités par anticoagulant pour optimiser l’observance du traitement et diminuer la morbi-mortalité, en prévenant les accidents thromboemboliques ou hémorragiques, explique l’AP-HP.

Geste technique supplémentaire

Enfin, le dernier protocole inclut infirmiers diplômés d’Etat, puéricultrices, infirmiers de bloc opératoire et IPA (auxquels s’ajoutent les manipulateurs d’électroradiologie médicale), et a été pensé avec l’objectif de contribuer à la prévention du risque infectieux lié aux actes invasifs. A l’issue de sa formation au protocole, le délégué pourra identifier le besoin d’utiliser l’échographe, réaliser l’échographie et interpréter les images, note ainsi l’AP-HP. Là encore, il existe une condition préalable à l’inclusion dans ce protocole : justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 6 mois dans un service de soins ou un plateau technique.

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)