EN BREF

Les acteurs de la télémédecine demandent l'élargissement des remboursements

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Conforté par la crise du coronavirus, le secteur de la télémédecine souhaite désormais que les pouvoirs publics lui lâchent un peu plus la bride, notamment en ouvrant davantage les remboursements pour les téléconsultations. L'association des entreprises de télémédecine (LET) souhaite inscrire l'ensemble des modèles de téléconsultations dans les parcours de soins de patients, et donc pouvoir bénéficier d'une prise en charge par la Sécurité sociale, a-t-elle indiqué mardi 30 juin dans un communiqué. Selon l'association, le nombre de téléconsultations a été multiplié de l'ordre de 10 à 15 fois pendant le confinement. Mais près de 30% de ces téléconsultations ont été réalisées hors parcours de soins et n'ont donc pas donné lieu à remboursement, selon le LET, qui n'a pas communiqué le nombre de téléconsultations effectuées par ses adhérents.

Selon des chiffres publiés par l'Assurance maladie le 8 juin, et qui ne concernent que les consultations du parcours de soins, le nombre de téléconsultations est monté à 1 million par semaine pendant le confinement, avant de redescendre ensuite, s'établissant à 647 000 pour la dernière semaine de mai. Effectivement ça diminue un peu, a déclaré François Lescure, président du LET. Mais on se situe à un niveau deux à trois fois supérieur à ce que nous connaissions avant, a-t-il souligné. La crise du Covid-19 a catalysé l'usage de la téléconsultation dans la société, a-t-il affirmé. Selon l'association, 20% des téléconsultations pendant le confinement ont permis d'éviter un recours aux urgences, contribuant au désencombrement de ces services. Près de 40% des téléconsultations ont été réalisées le soir et le week-end, et près de 40% des utilisateurs déclarent que le motif de leur consultation a été résolu grâce à la télémédecine

Retrouvez l'intégralité de cette information sur le site du Figaro

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)