EN BREF

Agnès Buzyn sur la grève des urgentistes: "Le problème n'est pas de créer des postes, c'est d'avoir des professionnels"

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Agnès Buzyn, ministre de la Solidarité et de la Santé, était l’invitée de Bourdin Direct, mercredi 21 août, elle a été interrogée sur la grève des urgentistes.

En effet, le collectif Inter-Urgences réclame notamment 300 euros par mois de plus et 10 000 emplois supplémentaires. Des revendications que la ministre ne juge pas judicieuses : Cela n'a pas forcément du sens. Quand je vous dit, par exemple, qu'il y a 100 postes d'infirmiers ouverts à Metz. Le problème n'est pas de créer des postes, c'est de trouver des professionnels.

Selon elle, au vu du manque de médecin, il vaut mieux organiser le temps médical : pour que les médecins puissent se concentrer sur leur exercice médical, éviter de faire de l'administratif et qu'un certain nombre de tâches soient passées des médecins à d'autres professionnels notamment des infirmiers et des infirmières que nous allons former évidemment à cela avec des protocoles de coopération.

Etrange logique, il manque des infirmiers dans les hôpitaux mais pour pallier la pénurie de médecins Agnès Buzyn songe à déléguer des tâches...aux infirmiers !

Pour en savoir plus, retrouvez l'interview sur BFMTV.

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (2)

Yuthok

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

AS

OK. On arrive pas a recruter d'IDE à l'Hôpital. Pourquoi ? Les conditions de travail n'en seraient-elle pas la cause (effectifs, pratiques managériales, sens du travail) ? Car même si les effectifs étaient au complet, pas sûr que l'Hôpital soit encore attractif.
Quand au transfert de taches, Mme Buzin est en train de détricoter tranquillement la profession : glissement de compétences des IDE généraux vers les AS et les IDE de pratiques avancées (si si :-)), glissement de compétences des médecins vers les IDEs. La logique des vases communicants ne va combler le manque de personnels et surtout, l'évolution à marche forcée du sens de notre profession.
La certification des soignants (après celle des établissements de santé) prévue dans la loi santé est un exemple de ce changement qui laisse sans voix ... La folie des évaluations, des référentiels qualité ne s’arrêtera donc jamais ?

ajenguiaziz

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#1

déléguer des taches

bonjour

les infirmiers font déjà beaucoup de tâches administratives chronophages comme les appels des collègues disponibles en cas d'aides soignants absents, prise de rendez vous médicaux, de VSL, mise à jour des dossiers patients, résolution de problèmes non médicaux (vêtements dont la taille ne correspond plus, dentiers cassés, appareils auditifs perdus, pannes informatiques, les fugues, la violence, ...)

Il ne faut pas oublier qu'il y a aussi une grave pénurie d'infirmiers ce qui va compliquer la délégation de taches...

Les infirmiers sont eux aussi épuisés et ils ont déjà été trop sévèrement maltraités par ce gouvernement (mise en place des assistants médicaux, ignorance des difficultés rencontrées en ehpad et aux urgences, pas de valorisation de salaires, transfert de taches "infirmières" à d'autres professions (pharmaciens notamment, ...)

Enfin, point important : quand on confie de nouvelles fonctions à un infirmier, qu'on lui demande plus, alors il faudra sérieusement poser sur la table la question de l'augmentation de salaire.

bonne journée