EN BREF

Une nouvelle agression aux urgences et un mouvement qui s'étend

Un événement vient illustrer une fois de plus la situation tendue des urgences. Lundi 10 juin, autour de 21 h 15, une patiente des urgences du CHU de Rennes aurait agressé plusieurs personnels de santé, rapporte ce mardi 11 juin France Bleu Armorique. L'agression aurait été particulièrement violente et les équipes soignantes se seraient retrouvées à terre sous les coups avant que cinq agents de sécurité n'arrivent finalement, avec l’aide de quatre autres soignants, à la maîtriser. "Un médecin, deux aides-soignants et une infirmière ont déposé plainte au commissariat de Rennes à la suite des faits et ont déclaré un accident de travail".

A l'heure où le Sénat doit adopter le projet de loi Ma Santé 2022 porté par Agnès Buzyn, le mouvement de grève des hôpitaux continue et s'étend. Ce mardi 11 juin, l'intersyndicale (CGT, FO, SUD et CFE-CGC) appelle à une nouvelle journée de mobilisation nationale. Près de trois mois après le début de la grève des soignants, 95 services d'urgence (sur 680) sont impactés, selon le collectif. Ils dénoncent des conditions de travail extrêmement dégradées dans des services surchargés. La Coordination Nationale Infirmière, dans un communiqué du jour, poursuit son combat alors que Céline Laville vient de prendre ses fonctions à la présidence du syndicat. "Le syndicat CNI, à l'instar de tous les soignants, ne baissera pas les bras et va continuer à dénoncer la maltraitance subie par les professionnels de santé jusqu'à ce que nous soyons plus entendus, écoutés et que les choses changent vraiment dans l'intérêt de tous", assure le syndicat dans un communiqué intitulé "Alerte ! Rien ne va plus". Des manifestations auront lieu devant le ministère de la Santé et devant les Agences régionales de santé (ARS).

Publicité

Commentaires (0)