EN BREF

Agressions de soignants par des anti-vaccins : le gouvernement promet la "fermeté absolue"

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Menaces de mort, tags injurieux, insultes... c'est le sort que connaissent certains soignants agressés par des anti-vaccins pour avoir défendu l'intérêt du masque ou critiqué les études de Didier Raoult sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine pour venir à bout du Covid-19. Une situation face à laquelle le gouvernement promet la plus grande fermeté, dixit son porte-parole Gabriel Attal, interrogé sur France 2. La République se doit de les protéger, parce qu'ils nous protègent, et donc ça veut dire qu'il y a une fermeté absolue. A chaque fois qu'il y a un événement comme celui-ci, il y a une enquête pour identifier les auteurs pour qu'ils soient sévèrement punis et sanctionnés, a-t-il souligné. Et Olivier Véran d'abonder : nous ne laisserons jamais passer ce type d'actes, avant de réitérer le message ce matin à l'Assemblée Nationale. Un collectif de médecins et scientifiques connus pour leur lutte contre la désinformation sur le Covid a dénoncé mardi les insultes et menaces qu'ils subissent depuis des mois, accusant justice et monde politique de passivité. Cela fait des mois que nous recevons des menaces de mort tous les jours, a affirmé mardi Jérôme Marty, médecin et président du syndicat professionnel UFMLS lors d'une conférence de presse au cours de laquelle ont été diffusés plusieurs exemples, proférés sur les réseaux sociaux ou par téléphone. 

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)