EN BREF

L'alcoolisation fœtale, un danger trop peu connu

L'Académie de médecine prône la « tolérance zéro » pour l'alcool pendant la grossesse. Mais les connaissances des chercheurs comme du grand public restent désespérément insuffisantes. Cette intransigeance s'explique : l'alcool ingéré par la femme enceinte traverse le placenta. Le fœtus a le même taux d'alcoolémie que sa mère, mais il est incapable de métaboliser l'éthanol, facteur toxique de l'alcool. Difficile en revanche de préciser à quel moment de la grossesse, ni à partir de quelle quantité, l'alcool devient dangereux.

La suite est à lire sur sante.lefigaro.fr



Publicité

Commentaires (0)