EN BREF

L'ANPDE envoie une lettre ouverte à Agnès Buzyn

Alors que l'ensemble des soignants hospitaliers se mobilise pour des conditions de travail permettant d'assurer des soins de qualité, le ministère poursuit sa grande réforme de santé portant notamment sur le régime des autorisations en périnatalité. Dans ce contexte, le ratio par enfant d'infirmièrs spécialisés en puériculture est menacé dans les services de néonatalogie. Nous tenons à alerter l'opinion publique sur une conséquence majeure de cette mesure : la sécurité et la qualité des soins aux nouveau-nés et leurs parents ne sera plus assurée. Voici comment débute la lettre ouverte adressée à la ministre des Solidarités et de la Santé.

L'association en profite pour renouveler ses revendications, notamment sur la reprise immédiate de la réingénierie du programme de formation des infirmiers puériculteurs,le maintien des ratios existant en néonatalogie avec l'obligation de recourir aux IPDE dans ces services, et l'augmentation de leurs effectifs dans les services de pédiatrie pour assurer un leadership clinique auprès des infirmiers en soins généraux.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l'ANPDE

Publicité

Commentaires (0)