EN BREF

Arrêter de fumer : y a-t-il un profil ?

Cet article fait partie du dossier:

Tabacologie

    Précédent Suivant

Dans le cadre de sa surveillance du tabagisme, Santé Publique France vient de publier dans son premier Bulletin épidémiologique hebdomadaire 2021 deux articles, dont l'un dresse le profil des fumeurs quotidiens qui tentent de s'extraire du tabagisme (comprendre une tentative d'au moins 7 jours au cours des deux années prédécentes) et évalue les moyens mis à disposition pour maintenir l’abstinence tabagique en fonction des caractéristiques socioéconomiques et des modalités d’arrêt. Si l'écrasante majorité des 1 622 participants (69,1 %) déclare n'avoir eu recours à aucun traitement nicotinique de substitution (TNS) ni à la cigarette électronique, d'autres ont eu recours à l'un ou l'autre, voire les deux à la fois. Dans tous les cas, l'obésité semble faire partie des critères de ceux déterminés à se passer du tabac ; une démarche qui profite aux femmes issues d'un milieu socio-professionel plutôt aisé et dont l'arrêt (jamais tenté auparavant) a été radical, ainsi qu'aux hommes qui ont recours à la cigarette électronique, parfois en complément de TNS. Même si l'efficacité de la cigarette électronique est toujours débattue et que la majorité des tentatives d'arrêt du tabac se solde par un échec, encourager les velléités reste de mise. Avis aux amateurs.

Consulter le BEH du 5 janvier 2021

Retour au sommaire du dossier Tabacologie

Publicité

Commentaires (0)