EN BREF

Attentats : le directeur de la cellule d’urgence médico-psychologique raconte et s’interroge

La cellule d’urgence médico-psychologique (CUMP) du SAMU de Paris vient de vivre une situation de crise sans précédent à deux titres, explique au " Quotidien " le Pr Didier Cremniter, son directeur, qui est également le référent national du réseau d’urgence médico-psychologique. Autant de personnes à écouter, même lors des arrivées de familles en provenance d’Haïti, de Charm-el-Cheik ou de Nairobi, nos équipes n’y avaient jamais été confrontées, avec une telle intensité de souffrance. Si bien que le professionnalisme a atteint ses limites : pour la première fois depuis la création des CUMP, des intervenants frappés d’épuisement ont dû être contraints à une pause de 24 heures, certains ont même été jugés trop éprouvés pour reprendre le travail.

La suite est à lire sur lequotidiendumedecin.fr



Publicité

Commentaires (1)

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#1

Mouais...

" Le nombre s’est encore accru le lendemain et le surlendemain, en particulier à Dammartin-en-Goële, où deux écoles accueillaient un effectif de
1 000 élèves, dont les parents étaient en état de choc..."

...j'avoue ma perplexité : je n'ai pas eu l'impression que l'école a été menacée directement. Bref, effectivement, si tous ceux qui sont "concernés" par un attentat sollicitent la cellule d'urgence, on est pas sortis de l'auberge...