EN BREF

Bientôt des vaccins anti Covid sans ARNm pour les soignants de Guadeloupe

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Face à l'embrasement de la contestation en Guadeloupe, notamment en raison de l'obligation vaccinale des soignants contre le Covid-19, le gouvernement s'est engagé à fournir des vaccins contre le Covid-19 sans ARN messager aux soignants de l'île qui le désirent, répondant à l'une des demandes portées par ceux contestant l'obligation vaccinale, a indiqué mardi le ministre des Outre-mers Sébastien Lecornu. Le mouvement contre l'obligation vaccinale des soignants et des pompiers entamée le 15 novembre a tourné à la crise sociale émaillée de violences en Guadeloupe, où un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté selon l'Insee.

D'autres types de vaccins

Avec les soignants, on est aussi sur un dialogue social entre l'employeur, le ministère de la Santé et des solidarités, et ses employés pour trouver les solutions ; ainsi, "on s'est engagé hier soir à trouver d'autres types de vaccins" pour ceux qui refusent les vaccins à ARN messager, a indiqué S. Lecornu, pour qui 87 % des soignants et 43 % des pompiers sont vaccinés à l'heure actuelle. Il y aurait quelque chose de scandaleux à ne pas appliquer la loi de la République sur l'obligation vaccinale des soignants et des pompiers en Guadeloupe, a-t-il fait remarquer.

Instance de dialogue

Les vaccins disponibles jusqu'ici en Guadeloupe étaient essentiellement des vaccins Pfizer/BioNtech, a précisé le ministère des Outre-mers avant d'ajouter que les professionnels qui refusent de se faire vacciner et préfèrent abandonner leur qualité de soignants et demandent d'ores et déjà une reconversion professionnelle seront accompagnés par les autorités locales. Le 22 novembre, le Premier ministre Jean Castex - lui-même infecté par le virus - a annoncé la création d'une instance de dialogue afin de convaincre et d'accompagner individuellement, humainement, les professionnels concernés par l'obligation vaccinale pour favoriser le retour au calme.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)