EN BREF

Cancer : ce qu'il faut retenir du congrès de l'ASCO 2017

C'est l'un des rendez-vous les plus importants sur le thème du cancer. L'American Society of Clinical Oncology (ASCO), a réuni plus de 30 000 participants du 2 au 6 juin à Chicago. A l'heure du bilan, que faut-il retenir ?
Sur le cancer de la prostate d'abord, une nouvelle thérapie prometteuse a été présentée. Cancer le plus fréquent chez les hommes aux Etats-Unis et en France, le cancer de la prostate pourrait voir évoluer son traitement. C'est en tout cas ce que suggère le Dr Karim Fizazi, chef du service de cancérologie à l'Institut Gustave-Roussy, à Paris. Grâce à une nouvelle molécule, l'abiratérone (Zytiga®), la progression du cancer de la prostate pourrait être retardée.
Autre révélation importante : la grossesse n'est pas risquée pour les femmes ayant eu un cancer du sein. Cette conclusion est attéstée par une étude internationale de grande ampleur. "Notre étude confirme que la grossesse après un cancer du sein ne devrait pas être découragée même chez les femmes dont la tumeur était hormono-dépendante", a ainsi souligné le Dr Matteo Lambertini de l'Institut Jules Bordet à Bruxelles, qui a dirigé ces travaux. Enfin, l'ASCO a mis en avant les bénéfices de la méditation dans la prise en charge des cancéreux et des malades en rémission. La diminution de la peur et de l'anxiété est "suffisamment importante pour améliorer le bien-être psychologique et émotionnel de survivants du cancer”, explique la Dr Jane Beith, cancérologue à l'Université de Sydney en Australie.

Lire la suite sur le site de France TV Info

Publicité

Commentaires (0)