EN BREF

Cesser d'utiliser du gel hydro-alcoolique pour se laver les mains ?

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

    Précédent Suivant

Selon une étude américaine, les solutions hydro-alcooliques ne seraient pas sans danger. Elles pourraient rendre la peau plus perméable au bisphénol A, une substance omniprésente dans notre quotidien mais considérée comme un perturbateur endocrinien. Plus précisément, les gels aseptisants faciliteraient l'absorption de cet agent chimique par la peau, augmentant ainsi les risques de désordres hormonaux, de cancers, diabètes ainsi que d'infertilité. Face à cette découverte et aux conclusions de précédentes études menées sur les risques des gels aseptisants, certains recommandent ainsi de limiter l'usage de ces derniers et de ne s'en servir que de façon exceptionnelle, en absence de point d'eau et de savon.

La suite est à lire sur maxisciences.com

Retour au sommaire du dossier Hygiène hospitalière

Publicité

Commentaires (3)

Peyo3319

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#3

Restons donc zen

Je suis d’accord pour dire que le titre de l’article d’origine est trompeur et que les revues scientifiques ne devraient pas devenir des vecteurs privilégiant la communication à la vraie nature des faits exposés. Par contre l’avantage des médias sociaux, en relayant les travaux de ce type, est de permettre les échanges, le dialogue et l’approfondissement des connaissances.

Si on ne se focalise que sur le BisphenolA rappelons que la France est le pays qui est allé le plus loin dans les mesures législatives visant à en limiter l’usage :
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/01/01/23216-bisphenol-banni-france

Mais que l’Europe n’a pas la même vision que nous du risque potentiel d’origine alimentaire :
http://www.efsa.europa.eu/fr/topics/topic/bisphenol.htm

Notre Conseil d’état devra donc dire si nous sommes allés trop loin ou pas avec nos mesures d’interdiction :
http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/interdiction-du-bisphenol-a-le-conseil-constitutionnel-va-se-prononcer-17-06-2015-4869883.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F

Cordialement
Pierre Parneix

binoute1

Avatar de l'utilisateur

542 commentaires

#2

déjà rien que le titre ....

"Cesser d'utiliser du gel hydro-alcoolique pour se laver les mains ?"

sauf erreur de ma part, tout infirmier sait que les SHA ne lave pas ....

ensuite effectivement, je trouve l'article en lui même un peu subjectif, puisque qu'on dit que les gels faciliteraient....mais que les conditions de l'étude de ne sont pas données.
Oui, on peu cliquer pour les avoir, mais en comm' on sait très bien que ce qui va être retenu c'est le 1e message

Peyo3319

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

La réponse est non !

Même s'il est toujours bon de se poser des questions scientifiques la prudence doit demeurer dans l'interprétation de leurs résultats.
La désinfection des mains à l'aide de produits hydroalcooliques (PHA) reste en milieu de soins une mesure essentielle qui évite des infections graves et contribue à préserver un monde où les bactéries hautement résistantes aux antibiotiques ne sont pas prédominantes.
Hors du milieu de soins l’usage des PHA n’a de sens que lorsqu’un point d’eau pour un lavage simple des mains n’est pas aisément accessible ou dans une situation épidémique pour laquelle une recommandation spécifique serait faite.
Dans l’étude proposée le problème premier vient pour moi de la présence de bisphénol dans les tickets de caisse qui doit être la préoccupation première autour de ce sujet mais là je ne suis en rien un expert du domaine.
Pour ce qui est de l’expérience de l’étude elle est pour le moins peu en rapport avec les réalités des pratiques. D’abord on demande aux volontaires de se laver les mains puis de les sécher. Ensuite, contrairement aux bonnes pratiques et avec les risque d’humidité résiduelle que l’on connait, on enduit les mains de ces personnes d’une quantité importante de PHA même si les auteurs ne disent pas à quel volume correspond les « trois coups de pompes » utilisés. Alors, les volontaires étalent juste le produit sur les mains sans le frotter ce qui est un non sens en pratique usuelle. Et c’est sur ces mains remplis de PHA qu’on leur « colle » un ticket de caisse pendant un temps pouvant aller jusqu’à 4 minutes.
En faire un signal d’alarme vis-à-vis de l’usage des PHA serait à mon sens une erreur majeure en termes de santé publique à une époque où la compression et la déformation des messages peuvent arriver très vite.

L’hygiène des mains sauve des vies !

Merci de nous avoir fait partage cette publication scientifique,

Cordialement
Pierre Parneix
Président de la Société Française d’Hygiène Hospitalière