EN BREF

Le changement climatique pourrait augmenter le nombre d'accouchements prématurés

Selon une nouvelle étude scientifique, l’exposition à des températures plus élevées résultant des dérèglements climatiques pourrait augmenter le nombre de naissances prématurées.

Pour déterminer le risque d’accouchement prématuré en fonction des températures, des chercheurs de l’Université de Californie à Los Angeles ont observé les changements ayant eu lieu du côté des taux de natalité et de prématurité aux États-Unis entre 1969 et 1988, et comparé avec les températures enregistrées. Ils ont alors constaté que le taux de natalité (ou nombre de naissances) augmentait de 5% les jours où la température maximale était supérieure à 32,2°C, et que ces jours-là, les naissances avaient lieu en moyenne six jours avant la date du terme, parfois même jusqu’à deux semaines avant.

Nous constatons que les fortes chaleurs entraînent une augmentation des accouchements le jour de l'exposition et le lendemain, et montrons que des naissances supplémentaires ont eu lieu jusqu'à deux semaines avant la date prévue, ont écrit les auteurs. Nous estimons qu'en moyenne 25 000 nourrissons par an sont nés plus tôt du fait d'une exposition à la chaleur, avec une perte totale de plus de 150 000 jours de gestation par an, indiquent-ils.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Parents.fr

Publicité

Commentaires (0)