EN BREF

Climat : inverser (rapidement) la tendance pour protéger notre santé

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Changement climatique et santé sont intimement liés, on le sait. Une preuve de plus, s'il en fallait, vient d'être apportée, à quelques jours du lancement de la Cop 26, par le rapport annuel de la revue médicale The Lancet qui analyse 44 indicateurs d'impacts sur la santé directement liés au changement climatique. Dans cette enquête publiée le 21 octobre, les experts observent l'aggravation des principales tendances et l'exacerbation des inégalités sociales et sanitaires déjà existantes. Selon eux, de nombreux plans de relance mis en place pour faire face aux répercussions du Covid-19 ne sont pas compatibles avec l'Accord de Paris sur le climat de 2015 (dont l'objectif est de limiter le réchauffement climatique à un niveau bien inférieur à 2°C, de préférence à 1,5°C, par rapport au niveau préindustriel, ndlr) et auront des implications sanitaires à long terme. Par ailleurs, les auteurs de cette étude rappellent que le changement climatique crée des conditions idéales pour la transmission des maladies infectieuses, annulant potentiellement des décennies de progrès pour lutter contre des maladies telles que la dengue, le chikungunya, le Zika, le paludisme et le choléra. "Le changement climatique est là et nous le voyons déjà nuire à la santé humaine à travers le monde", souligne ainsi le professeur Anthony Costello, directeur exécutif du Lancet. En 2021 les populations de 134 pays ont connu une hausse de l'exposition aux incendies de forêt (...) La sécheresse est plus répandue que jamais, relève-t-il. Beaucoup trop d'indicateurs clignotent en rouge.

Après le constat, connu de tous, les experts en viennent aux mesures correctrices : ils en appellent à une reprise post-Covid plus verte :  alors que les pays engagent des milliards de dollars pour redémarrer leurs économies, le rapport exhorte ainsi les dirigeants politiques et les décideurs à utiliser ces dépenses publiques pour réduire les inégalités. Plus concrètement : promouvoir une reprise verte en créant de nouveaux emplois verts permettra de préserver la santé des populations aujourd'hui et demain, prône-t-il. Une action urgente qui doit donc intégrer l'atténuation du changement climatique dans les plans de relance post-Covid, sans quoi les inégalités mondiales en matière de santé vont encore se creuser, conclut-il.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)