EN BREF

Le CNI souhaite revaloriser le métier d'aide-soignant

Depuis 2010, la journée du 26 novembre est dédiée aux aides-soignants partout dans le monde. Comme les années précédentes, le syndicat de la coordination Nationale infirmière (CNI) célèbre cette date par diverses actions locales.

De manière générale, le quotidien des soignants est marqué par trop de dépassements de fonction, ce qui crée de nombreuses tensions pour les professionnels. Cela vient s’ajouter à une charge physique importante, à des rythmes de travail intenses, ainsi qu'aux manques de moyens humains et matériels. 

C'est pourquoi, depuis 2013, une réflexion est menée pour une réingénierie du référentiel de compétences et d’activités des aides-soignants et des auxiliaires de puéricultures. Le besoin d’actualiser le cadre de formation se trouve renforcé par le vieillissement de la population, le développement des maladies chroniques et les nouveaux besoins de notre société. La DGOS a donc initié des groupes de travail pour que cette réingénierie aboutisse. Le syndicat CNI a, dès le début, sur la base des travaux de son collectif AS/AP, souhaité être force de propositions.

Le syndicat CNI revendique également la reconnaissance de la pénibilité professionnelle des aides-soignants et auxiliaires de puéricultures dans le calcul de leurs pensions. Par ailleurs, le niveau d’entrée en formation ainsi que les compétences attendues posent la nécessité d’une revalorisation des grilles salariales, aussi bien dans le secteur public que dans le privé. 

Pour en savor plus, rendez-vous sur le site du CNI

Publicité

Commentaires (0)