EN BREF

Commission d'experts 1000 premiers jours de la vie de l'enfant : où sont les puers ?

Adrien Taquet, Secrétaire d'Etat en charge de la protection de l'enfance auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé initie "la commission des 1000 premiers jours de la vie de l’enfant", une commission qui a pour objectif de construire un parcours d'accompagnement et de soutien à la parentalité efficient et cohérent. Il parait évident que ce parcours soit soutenu par l'ensemble des professionnels du secteur de la petite enfance, qu'ils soient issus du médical, du paramédical ou du social.

Pour Adrien Taquet, les 1000 premiers jours ce sont des scientifiques, des acteurs publics et des professionnels d'horizons divers avec une ambition commune : investir une période décisive pour l'enfant qui prépare l'avenir de notre sociétéEn investissant sur ces 1000 premiers jours, on investit sur l'humain, on lutte contre les inégalités de destin. Concrètement, il s'agit de se mettre d'accord et de valider scientifiquement un certain nombre de conseils, de repères et de références à donner aux parents a déclaré Adrien Taquet, sur RTL. 

Dans cet esprit, le Président de la République a donc installé le 19 septembre un comité d’experts chargé de travailler avec l’ensemble des acteurs pour rassembler l’ensemble des connaissances et formuler des préconisations sur les politiques publiques qui peuvent être menées. Le pédopsychiatre Boris Cyrulnik préside cette commission d'experts constituée de 18 membres : psychologues cliniciens, pédopsychiatres, universitaires, chercheurs, juriste, généraliste, psychanalystes, gynécologue-obstétricienne... A la lecture de cette liste, une observation s'impose : pas d'infirmier(e) puéricultrice(teur) ! Encore une fois, il est choquant de constater le peu de considération à l'égard de ces professionnel(e)s spécialistes de la petite enfance et dont le savoir et l'expérience de terrain ne seront pas explicités et partagés à titre d'experts. 

Hier déjà, dans le cadre d'une interview donnée à nos confrères du Généraliste, le secrétaire d'Etat préconisait un décloisonnement de tous les acteurs qui interviennent sur la santé lors de la petite enfance sans citer non plus les infirmier(e)s puéricultrices(teurs) (IPDE). Nous comptons sur Charles Eury, président de l'ANPDE, association professionnelle représentant les infirmières puéricultrices en France, pour faire entendre sa voix et défendre, puisqu'il le faut une fois encore, la place et le rôle indispensable des IPDE sur tout ce qui touche à la petite enfance et à l'accompagnement à la parentalité.

Publicité

Commentaires (0)