EN BREF

Covid-19 : ce qu’il faut retenir de l’intervention d’Olivier Véran le 18 février

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant


Olivier Véran, le ministre de la Santé, a annoncé lors du point de ce jeudi 18 février sur l’épidémie de Covid-19 qu’un allègement des mesures en place n’était pas envisageable. Rien ne serait pire que de lever les contraintes au mauvais moment, a-t-il précisé, la présence des variants britannique, brésilien et sud-africain sur le territoire incitant à redoubler de vigilance. Le variant britannique représente en effet à ce jour 36 % des cas positifs enregistrés sur le territoire.
Si le gouvernement écarte pour l’instant l’idée d’un troisième confinement, il entend renforcer sa stratégie de lutte contre l’épidémie. La durée d’isolement des patients testés positifs passe ainsi de 7 à 10 jours mais reste fixée à 7 jours pour les cas contacts. Olivier Véran a également annoncé le déploiement des tests salivaires au sein des écoles dès la rentrée prochaine, ceux-ci devant ensuite être étendus au personnel soignant. Le gouvernement table enfin sur l’accélération des vaccinations, soutenue par le lancement du vaccin AstraZeneca. Dès le mois de mars, pharmaciens et médecins généralistes seront ainsi autorisés à l’administrer aux patients âgés de 50 à 64 ans souffrant de comorbidités. Le ministre de la Santé a précisé en dernier lieu qu’il se rendrait samedi 20 février dans le département des Alpes-Maritimes, qui subit actuellement une flambée épidémique, où il évoquera la mise en place de filières de soin chargées d’assurer le suivi des patients guéris du Covid mais souffrant de symptômes persistants.




 

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)