EN BREF

Covid-19: de nouveaux professionnels autorisés à réaliser les prélèvements

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Alors que la circulation virale est en nette augmentation , selon la Direction générale de la Santé (DGS), un arrêté publié samedi 25 juillet au « Journal Officiel », élargit à de nouveaux professionnels la possibilité de réaliser les prélèvements nasopharyngés en vue d’un dépistage virologique du Covid-19 par PCR.

Dans certaines zones, le risque de disponibilité insuffisante de professionnels de santé habilités à réaliser l'examen de « détection du génome du SARS-CoV-2 par RT PCR » inscrit à la nomenclature des actes de biologie médicale pour faire face à la crise sanitaire fait qu 'il y a lieu, en conséquence, d'autoriser les infirmiers diplômés d'Etat à réaliser le prélèvement d'échantillon biologique pour cet examen. De même il est aussi également permis, sous certaines conditions, à des étudiants en odontologie, en maïeutique et en pharmacie, à des aides-soignants, ainsi qu'aux sapeurs-pompiers, aux marins-pompiers et aux secouristes des associations agréées de sécurité civile titulaires d'une formation adéquate aux premiers secours, de réaliser le prélèvement d'échantillon biologique pour cet examen.

Alors que, dans certains territoires comme l’Île-de-France, les délais d’attente sont jugés trop longs, l’objectif est de pallier le manque de personnel disponible pour effectuer ces tests dans les laboratoires de biologie médicale. Les tests sont désormais également intégralement pris en charge par l'Assurance maladie, même sans ordonnance. 

De son côté, l'Ordre National Infirmiers se félicite de cette nouvelle avancée, dans un communiqué. En effet, l'ONI avait déjà demandé cette mesure dès le 22 avril dernier, alors que le gouvernement travaillait sur le plan de déconfinement. Bénéficiant d’une présence dans tous les territoires, y compris les plus reculés, les infirmiers sont les professionnels de santé les mieux placés pour favoriser la mise en oeuvre d’une politique de dépistage à grande échelle. Cette évolution de leur rôle  dans la stratégie de dépistage confirme l’opportunité de s’appuyer davantage sur leurs compétences cliniques et techniques afin d’améliorer la couverture vaccinale actuelle, et quand le moment sera venu, de réussir la stratégie de vaccination contre la Covid-19.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de LegiFrance ou du Quotidien du Médecin

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)