EN BREF

Covid-19 : "il nous faudra tenir ensemble jusqu'à la fin du printemps"

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Parmi les points négatifs abordés par Jean Castex lors de sa conférence de presse ce jeudi au sujet de l'épidémie de Covid-19, les mauvais indicateurs relevés dans 20 départements, désormais placés en surveillance renforcée. Si la situation sanitaire continue de se dégrader, des mesures plus dures seront mises en place, a prévenu d'emblée le Premier Ministre. Un constat partagé par Olivier Véran, qui a rappelé l'augmentation exponentielle du variant anglais (+40 % par semaine) et la perspective des évacuations sanitaires. En une semaine, les efforts des quinze jours précédents ont été réduits à néant, a déploré le Ministre de la santé. Pourtant, la vaccination semble avoir apporté des effets positifs : les malades admis dans les services de réanimation (qui comptent 3 446 patients au 24 février) sont en moyenne moins âgés et la circulation virale a baissé chez nos aînés, signe qu'ils sont protégés, s'est réjoui le gouvernement : l'incidence de la maladie a diminué chez les plus de 80 ans tandis qu'elle augmente chez les autres tranches d'âge. Pour renforcer les bénéfices vaccinaux, la campagne sera ouverte début avril aux plus de 65 ans et les médecins généralistes - en lien avec les pharmaciens d'officine - sont invités à vacciner les 2,4 millions de personnes de 50 à 64 ans atteintes de comorbidités. Mi-mai, tous les plus de 50 ans se seront vu proposer une première injection. Un chantier titanesque également pour l'industrie, qui doit produire et livrer, a commenté Jean Castex. En complément des vaccins eux-mêmes, des avancées scientifiques prometteuses (recherche clinique sur les interférons et pratique encadrée d'anticorps monoclonaux) pourraient limiter de façon majeure les formes graves de la maladie, a précisé O. Véran. Mais pour l'heure, l'évolution générale de l'épidémie de coronavirus ne nous permet pas d'envisager des mesures de relâchement ; il nous faudra tenir ensemble au moins jusqu'à la fin du printemps, a conclu Jean Castex.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)