EN BREF

Covid-19 : la HAS autorise les tests antigéniques et autotests pour les moins de 15 ans

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

La Haute Autorité de santé (HAS) annonce dans un communiqué publié lundi 26 avril que les tests antigéniques sur prélèvement nasal peuvent désormais être réalisés chez et par les moins de quinze ans. Réalisables en tests de diagnostic rapide (TDR), tests rapides d'orientation diagnostique (TROD) ou autotests, les tests antigéniques sur prélèvement nasal apparaissent pertinents pour briser des chaînes de contamination, notamment en milieu scolaire, selon l'Agence. A la lumière des récents travaux de modélisation et en s’appuyant sur une méta-analyse, la HAS conclut aujourd’hui que ces tests peuvent également être un outil de dépistage chez les moins de quinze ans. Avec un résultat en 15 à 30 min, ils constituent un outil complémentaire aux tests RT-PCR salivaires, souligne-t-elle dans son communiqué. La méta-analyse réalisée par la HAS indique une spécificité excellente, de l’ordre de 99 à 100 %. L’institution nuance toutefois ce résultat en rappelant qu’il existe une forte hétérogénéité des performances de sensibilité de l’ordre de 81% chez les patients symptomatiques et entre 50 et 58 % chez les patients asymptomatiques.

La Haute Autorité de santé recommande que les tests antigéniques et autotests soient réalisés au moins une fois par semaine selon les modalités de prélèvement les plus adaptées à l’âge, aux capacités de l’enfant et au contexte local. Ainsi, les étudiants, lycéens et collégiens peuvent réaliser l'autotest en autonomie (après une première réalisation sous la supervision d'un adulte compétent si besoin). Pour les élèves en école primaire, l'auto-prélèvement initialement supervisé est également envisageable mais il est préférable que le test soit fait par les parents ou le personnel formé. Pour les enfants en école maternelle, le prélèvement et le test devront être réalisés par ces mêmes acteurs, recommande la HAS. Enfin, concernant les tests sur prélèvement salivaire, elle considère que les données disponibles très hétérogènes, ne permettent pas à ce stade de montrer que ces tests présentent une efficacité suffisante pour pouvoir être recommandés.

La Rédaction Infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)