EN BREF

Covid-19 : les syndicats scolaires vent debout contre la levée du secret médical vaccinal à l'école

    Suivant

Un amendement permettant aux chefs d'établissements (collèges et lycées) de connaître le statut vaccinal des élèves a été voté par l'Assemblée Nationale dans la nuit du 20 au 21 octobre. Plus largement et dans le cadre d'un projet de loi sur la vigilance sanitaire, la chambre basse a avalisé (à 74 voix pour et 73 contre) la prolongation du pass sanitaire jusqu'au 31 juillet 2022. Officiellement, l'amendement vise à faciliter l'organisation de campagnes de dépistage et de vaccination et d'organiser des conditions d'enseignement permettant de prévenir les risques de propagation du virus et donc, in fine, les fermetures de classe. Mais le vote a surpris proviseurs et syndicats, dont certains réagissent vertement comme le SNICS-FSU (syndicat infirmier) et la FCPE, qui se sont déclarés vent debout contre la violation du secret médical à l’école dans un communiqué conjoint, mettant en avant qu'une brèche dangereuse était ouverte, et ce alors que le système mis en œuvre actuellement repose sur les attestations des parents concernant le statut vaccinal de leurs enfants. Le timing est surprenant. Nous avions évoqué cette question avec le Ministère durant l'été, avant la rentrée, mais depuis nous n'avions pas du tout éprouvé le besoin d'y recourir car nous nous débrouillons très bien sans depuis six semaines, a argumenté de son côté Bruno Bobkiewicz, secrétaire général du principal syndicat des chefs d'établissement (SNPDEN). Nous ne sommes pas contre mais là, de suite, nous ne sommes pas du tout demandeurs, a-t-il ajouté. Selon les derniers chiffres des contaminations liées au Covid-19 publiés par le ministère de l'Education nationale, 1 180 classes étaient fermées vendredi dernier. Par ailleurs, six structures scolaires étaient fermées sur 59 650, dont cinq écoles et un collège.

Retour au sommaire du dossier IDE scolaire

Publicité

Commentaires (0)