EN BREF

Covid-19 : les personnels des Ehpad franciliens passés au crible

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Le taux d’incidence de la maladie chez les plus de 65 ans excède les seuils d’alerte dans la capitale et en petite couronne, même si le virus circule plus activement chez les 20-30 ans. Le 5 octobre, Aurélien Rousseau, Directeur général de l’Agence régionale de santé Ile-de-France, a donc annoncé que la région lançait une campagne expérimentale de dépistage destinée aux personnels des Ehpad et qui vise à protéger les résidents.

Qui sera concerné ? 10 Ehpad de chaque département de la région, soit 80 établissements, seront concernés selon l’ARS, qui n’a pas précisé les bornes temporelles de l’expérimentation. Et pour éviter les embouteillages provoqués par la récente déferlante de tests PCR, les autorités sanitaires ont opté pour des tests antigéniques, qui permettent des résultats plus rapides, même s’ils sont réalisés de la même manière (écouvillon nasal). Une périodicité des tests de 14 jours sera établie. En cas de détection positive, des mesures plus fermes seront appliquées, comme la fermeture de l’accueil de jour et la mise en place d’une unité Covid au sein de l’établissement. Manifestement, la première vague aura permis d’apprendre. Aurélien Rousseau l’assure : « il faut éviter le confinement en chambre et maintenir de la sociabilité des résidents ; nous devons préserver l’accès aux aidants et nous voulons éviter le huis-clos dans les Ehpad ». Que nos aînés se rassurent donc cette fois : le nécessaire devrait être fait pour que les visites soient maintenues et leur sociabilité préservée.

Pour écouter la conférence de presse commune Mairie de Paris, ARS IDF et Préfecture de Police de Paris






Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)