EN BREF

Le Covid-19 presque absent des lycées franciliens, révèle un dépistage-pilote

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Le 23 novembre, la Région Ile-de-France avait lancé un pilote dans une trentaine de lycées pour dépister massivement, grâce à des tests rapides antigéniques (TRA), les personnes infectées par le Covid. Le dispositif était avant tout destiné aux personnels enseignants et administratifs, même si les élèves volontaires pouvaient y prétendre. Au total, 5 750 personnes, dont 4 473 élèves et 1 277 personnels se sont portés volontaires pour effectuer un test antigénique, plus ou moins massivement en fonction des établissements. Verdict : le taux de positivité s’est révélé dans sa globalité très faible (0,42 % en moyenne), ce qui va dans le sens d’une faible circulation du virus au sein des établissements scolaires, s'est réjouie l'ARS dans un communiqué du 17 décembre. Mais le biais est de taille : l'ARS précise par ailleurs que les sujets symptomatiques et les cas contacts n’ont pas été testés dans le cadre de ces opérations, ce qui peut expliquer en partie le faible taux de positivité relevé. Les trois recteurs de la région académique, le directeur général de l’ARS et le directeur général de l’AP-HP ont par ailleurs conjointement salué l’engagement et la mobilisation des acteurs qui ont rendu possible cette opération et réalisé un important travail de pédagogie et de prévention (chefs d’établissements, équipes Covisan, ARSIF, médecins et infirmiers scolaires, Assurance Maladie, étudiants en service sanitaire de la Faculté de médecine de Créteil).

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)