EN BREF

Covid-19 : une explosion des cas en Nouvelle-Calédonie

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Après les Antilles, c’est au tour de la Nouvelle-Calédonie d’être frappée par une forte vague épidémique de Covid-19, la première depuis l’apparition du virus. Ainsi, le territoire a enregistré 16 morts entre le mardi 21 et le mercredi 22 septembre, selon le gouvernement local, soit le bilan le plus lourd depuis le début du mois de septembre et la détection des premiers cas autochtones, le 6 septembre 2021. A date, la Nouvelle-Calédonie compte 49 décès pour 4 727 cas, dont 331 signalés ces dernières 24 heures, ainsi que 52 patients en réanimation, alors que, selon les autorités sanitaires, la vague épidémique n’a pas encore atteint son pic. Début septembre, un confinement strict a été mis en place jusqu’au 4 octobre afin de limiter les déplacements dans l’espoir de briser les chaînes de contamination. La situation est d’autant plus alarmante que les Calédoniens souffrent de facteurs de comorbidités, en particulier d’obésité et de diabète, et qu’ils se montrent très réfractaires à la vaccination. Au lundi 21 septembre, 29,56 % de la population (soit 80 101 personnes) bénéficiait ainsi d’un schéma vaccinal complet. À l’image de ce qui a été mis en place pour les Antilles et la Polynésie, la Nouvelle-Calédonie a accueilli mardi 22 septembre un contingent de 70 professionnels de santé (médecins, infirmiers, anesthésistes…) est arrivé en renfort avec du matériel (respirateurs, machines de perfusion…) et d’autres sont attendus à la fin de la semaine. Au total, ce sont 300 réservistes de la métropole qui devraient être mobilisés sur le territoire. En comparaison, la situation sur le territoire métropolitain, elle, s’améliore. Selon le dernier point épidémiologique de Santé Publique France du jeudi 16 septembre, l’ensemble des indicateurs de l’épidémie était à la baisse. 605 décès ont ainsi été enregistré en semaine 36 contre 681 au 9 septembre (-15%), pour 3 526 nouvelles hospitalisations contre 4 248 aux mêmes dates (-17 %). Une diminution qui se porusuit depuis la fin du mois d'août et qui se traduit par un relâchement de la pression hospitalière. En tout, 8 594 personnes seraient actuellement hospitalisées, dont 1 744 malades en service de soins critiques. Même constat aux Antilles, où l'Agence note une diminution des indicateurs, précisant toutefois que la situation demeurait préoccupante au niveau hospitalier en Guadeloupe, avec notamment un taux d'incidence supérieur au seuil d'alerte (257 cas pour 100 000 habitants), et que les indicateurs d'admission (conventionnelle et soins critiques) et de mortalité" restaient élevés en Martinique.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)