EN BREF

Covid : le Synerpa plaide pour le rappel vaccinal obligatoire des soignants en Ehpad

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Lors d'une conférence de presse ce mardi, le Syndicat national des établissements et résidences privés pour personnes âgées a exhorté le gouvernement à clarifier le flou qui règne aujourd'hui sur l'obligation vaccinale des salariés des maisons de retraite, en fixant un délai maximal pour que ces professionnels reçoivent leur dose de rappel.

Décisions paradoxales

Alors que le rappel vaccinal anti-Covid conditionnera la validité du pass sanitaire - et donc les visites que les Français sont susceptibles d'effectuer auprès de leurs proches en Ehpad - des plus de 65 ans à compter du 15 décembre et des autres majeurs à partir du 15 janvier, les salariés des Ehpad ne sont tenus de présenter qu'un schéma vaccinal à deux doses. Une situation qui agace le Synerpa, surpris que les récentes décisions des pouvoirs publics pour faire face à la cinquième vague ont des conséquences puissent sembler paradoxales. Nous demandons à ce qu'on clarifie les choses, il faudrait une obligation pour cette troisième dose de vaccin, a souligné Florence Arnaiz-Maumé, Déléguée Générale du Synerpa.

Médecins coordonnateurs en colère

Cette question d'une éventuelle obligation vaccinale est d'autant plus importante que les responsables d'Ehpad souhaitent pouvoir maintenir les établissements ouverts aux visites pendant les fêtes de fin d'année, a souligné Mme Arnaiz-Maumé, selon laquelle 15 % des salariés ont reçu leur dose de rappel, principalement ceux qui avaient commencé leur schéma vaccinal relativement tôt. La question se posera différemment quand les salariés plus réticents à la vaccination, qui auront attendu l'automne pour recevoir leurs deux premières doses, seront concernés, a-t-elle poursuivi. Et de rappeler que la campagne de rappel pour les salariés des maisons de retraite pourrait en outre être compliquée par le coup de colère des médecins coordonnateurs en Ehpad, qui ont annoncé ne plus vouloir vacciner les salariés pour faire pression sur le gouvernement et obtenir des revalorisations salariales.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)