EN BREF

Débordée, la Polynésie attend une centaine de soignants pour lutter contre le Covid

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Cédric Bouet, directeur du cabinet du haut-commissaire en Polynésie française, a annoncé ce mardi l'acheminement d'une centaine de soignants d'ici la fin de la semaine de la métropole vers la collectivité d'outre-mer, où l’épidémie de Covid-19 a fait 423 morts (dont 38 les trois derniers jours). Il s'agit de la troisième annonce de ce type en l'espace de deux semaines pour renforcer les effectifs soignants. 30 à 40 personnes de la réserve sanitaire vont arriver mercredi soir et s’ajouter aux 28 déjà présentes à l'hôpital. En fin de semaine, on attend d’autres renforts, médecins, infirmiers et aides-soignants, qui ne font pas partie de la réserve sanitaire mais de la solidarité nationale. Ils renforceront aussi les autres hôpitaux, a précisé C. Bouet. Cette nouvelle annonce intervient trois jours après l'appel à plus de renforts de la part des médecins locaux à Emmanuel Macron, qui a multiplié les déclarations de solidarité nationale. L’aide accordée jusqu’ici est sans commune mesure avec la réalité de l’épidémie en Polynésie, a pourtant affirmé un médecin qui a souhaité rester anonyme. Pour la directrice du Centre hospitalier, Claude Panero, les besoins sont estimés à 200 infirmiers et 200 aides-soignants, en plus des équipes en place compte tenu de la situation : au 30 août, 426 patients étaient hospitalisés pour Covid-19, dont 55 en réanimation. Sur l’île de Raiatea, un chapiteau a été dressé dans le jardin de l'hôpital pour accueillir une vingtaine de patients. D’autres sont placés sous oxygène à domicile, faute de places dans les structures hospitalières.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)