EN BREF

Dérives sectaires en santé : mieux sensibiliser les infirmiers

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

La Miviludes et l'Ordre national des infirmiers agissent pour sensibiliser les infirmiers au risque de dérives thérapeutiques à caractère sectaire.

Le nombre de pseudo praticiens, de dérives thérapeutiques dues à des pratiques commerciales trompeuses et de formations débouchant sur des qualifications non reconnues par l’Etat concurrencent de façon inquiétante l’offre de soins conventionnels. Ainsi, la maladie est devenue une porte d’entrée propice aux mouvements à caractère sectaire qui, profitant de la souffrance et de la vulnérabilité des malades, peuvent les exposer au risque de dérives sectaires.

C'est pourquoi Serge Blisko, président de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) et Didier Borniche, président de l’Ordre national des infirmiers signent une convention de partenariat le 24 septembre 2015.

Pour en savoir plus : derives-sectes.gouv.fr

Retour au sommaire du dossier ONI

Publicité

Commentaires (1)

marie4915

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Silence sur les dérives de l'industrie pharmaceutique

Pourquoi quatre Français sur dix ont recours à une autre médecine que la médecine conventionnelle ?
L'ordre des médecins d'Ile-de-France a condamné les professeurs Philippe Even et Bernard Debré pour avoir dénoncé les dérives de l'industrie pharmaceutique dans un livre :
"Le Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux " sorti en 2012, à la suite du scandale du Mediator,
Dans un nouveau livre publié récemment " Corruption et crédulité en médecine »,le professeur Even persiste et signe !
Comment ne pas trouver suspect le silence des pouvoirs publics sur ces dérives de l'industrie pharmaceutique ?
Les médecines parallèles menacent-elles les intérêts
des labos ?
La naturopathie reconnue comme profession en Suisse est considérée comme une "dérive sectaire" par la Miviludes !
Le 10 avril 2014,l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), qui regroupe 47 pays, a rejeté le modèle français que la Miviludes voulait exporter dans tous les pays de l'Europe.