EN BREF

Déserts médicaux : l'apport des IDE de pratique avancée

Cet article fait partie du dossier:

Pratique avancée

    Précédent Suivant

Un récent Avis du Conseil économique, social et environnemental, en date du 13 décembre 2017, présenté par Sylvie Castaigne et Yann Lasnier, rapporteurs, concerne les déserts médicaux et les solutions préconisées pour lutter contre cette problématique de santé publique. Au chapitre "Répartir différemment les tâches entre les professionnels de santé", voici ce que l'on peut lire : Une autre piste pour compenser les insuffisances de la présence médicale sur le territoire consiste à confier aux autres professionnels du soin des tâches qui sont normalement dévolues aux médecins. La rigidité des décrets de compétences conduit de plus en plus souvent à une sous-utilisation des compétences acquises par les professionnels de santé, situation démotivante pour les intéressés et source de gâchis de formation. Pourtant, l’évolution des besoins comme les attentes en termes d’accompagnement exigent une politique volontariste en matière de coopérations professionnelles et d’émergence de nouveaux métiers. Parmi les tâches qu’il serait envisageable de transférer, on peut citer le suivi des maladies chroniques (diabète, hypertension, cancer...), la surveillance de certains traitements comme les anticoagulants et la réalisation de certains actes comme la vaccination. Les professions concernées seraient les infirmiers, ou encore les pharmaciens. Le suivi des greffes de rein par des infirmiers spécialisés fait aussi partie des exemples souvent évoqués. Une telle modification du partage strict des compétences peut prendre la forme d’un assouplissement ponctuel ou, plus radicalement, d’une redéfinition des périmètres d’exercice.

Il s'en suit la préconisation n°9 : Mieux répartir les tâches entre les professionnels de santé :

  • en concevant des modèles simplifiés et nationaux de protocole de coopération dont l’appropriation par les professionnels de santé serait facilitée par une assistance opérationnelle plus grande des ARS et de l’HAS ;
  • plus radicalement, redéfinir les périmètres d’exercice des professionnels de santé en attribuant légalement à des professionnels paramédicaux en "pratique avancée" l’exercice de nouveaux métiers en santé de niveau intermédiaire.

Lire l'Avis "Les déserts médicaux", Sylvie Castaigne et Yann Lasnier, CESE 27, décembre 2017. Mandature 2015-2020 – Séance du mercredi 13 décembre 2017. JORF 

Retour au sommaire du dossier Pratique avancée

Publicité

Commentaires (0)