EN BREF

Deuxième vague Covid19 : préserver les capacités hospitalières et assurer la continuité des soins

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant
Les autorités sanitaires, alors que l'épidémie continue à sévir sur le territoire souhaitent rappeler combien il est essentiel de conserver les capacités hospitalières pour les cas Covid les plus lourds, sans remettre en cause la prise en charge prioritaire d’autres patients non infectés. Les professionnels de ville ont ici un rôle primordial pour à la fois limiter la transmission virale au sein de la population, abaisser ainsi la pression sur le secteur hospitalier et permettre la continuité des dépistages et traitements nécessaires, comme le souligne la DGOS dans un communiqué. Pour ce faire, l'ensemble des acteurs  qu'ils soient médecins ou paramédicaux, en ville comme à l'hôpital, doivent disposer de "clés" qui leur permettent de s'organiser pour assurer au mieux leurs missions en répartissant mieux la charge en soins entre les professionnels de tous secteurs, qui combattent depuis des mois le coronavirus. Des recommandations pratiques leur sont ainsi adressées en phase avec la stratégie gouvernementale déployée pour cette 2e vague épidémique. Pour rappel, il s'agit de renforcer au maximum l’amont du secteur hospitalier ainsi que ses alternatives pour éviter toute hospitalisation non nécessaire, dans un contexte de forte tension des établissements de santé et de fluidifier le suivi des patients hospitalisés entre séjours conventionnels ou programmés, soins critiques au sens large (et non plus uniquement en réanimation) et soins de suite et de réadaptation (SSR).  En plus de favoriser une meilleure articulation ville/hôpital, ces recommandations éclairent sur des mesures fortes comme :
  • recours élargi à l’oxygénothérapie en dehors de l’hôpital, avec des critères stricts offrant toutes les garanties de sécurité (cf. recommandations de la HAS) ;
  • organisation des soins critiques avec le positionnement d’unités de soins intensifs Covid (« USI Covid ») dans la gradation des soins ;
  • mise à disposition d‘outils pédagogiques sur les soins critiques pour les infirmiers et les aides-soignants ;
  • soutien à la téléexpertise pour permettre à des médecins de recueillir l’avis de confrères experts à distance ;
  • prise en compte de la dimension éthique dans la réorganisation des soins et les décisions individuelles concernant les patients.

Lire aussi "Tests, isolement, traitements : quelle prise en charge en médecine de ville pour les patients suspectés de Covid-19 ?" les recommandations de la Haute Autorité de Santé

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)