EN BREF

Deuxième vague de Covid-19: les renforts IADE en soins critiques doivent être organisés !

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Actuellement, dans les territoires les plus touchés par la seconde vague de l'épidémie de coronavirus, une déprogrammation opératoire ajustée à la pression épidémique a débuté, permettant le renforcement des soins critiques par des anesthésistes-réanimateurs et des IADE. D'autre part, chacun perçoit combien cette nouvelle mobilisation des soignants s’effectue dans des conditions de tension et de fatigue bien supérieures à celles de la première vague. C'est pourquoi le Conseil National Professionnel des Infirmier(e)s Anesthésistes (CNP IA), le Syndicat National des Infirmier(e)s Anesthésistes (SNIA) en lien avec le Conseil National Professionnel d’Anesthésie Réanimation et Médecine Péri Opératoire (CNP ARMPO) et la Société Française d’Anesthésie Réanimation (SFAR) ont publié un communiqué conjoint pour que les conditions de redéploiement des IADE vers les unités de soins critiques se fassent dans les meilleures conditions possibles.

Pour les signataires, il est primordial d'assurer des conditions d'accueil personnalisées avec un accompagnement informatif portant notamment sur les outils informatiques et les appareillages spécifiques. L'ensemble des collectifs d'anesthésie-réanimation souhaite également que des plans de déploiement des soins critiques soient bien définis au sein de chaque établissement, tout en s'appuyant su les compétences spécifiques de chacun, dont les IADE. De manière générale, des équipes soignantes mixtes doivent être constituées, comme l'indique le Guide d’aide à la mise en place et à la gestion d’une « réanimation éphémère », coordonné par le CNP ARMPO.

De même, le communiqué recommande de mixer les périodes de travail en soins critiques avec des périodes où les soignants retournent à leur activité d'origine. En parallèle, les établissements sont invités à veiller à ce que les changements d'horaires aient une répercussion limitée sur la vie privée des IADE. Enfin, la mobilisation probable des infirmiers-anesthésistes du secteur privé doit être sécurisée, et la continuité des enseignements dispensés aux étudiants IADE garantie, et ce malgré l'appel à renfort éventuel.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du SNIA pour visualiser le communiqué en intégralité.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)