EN BREF

ONI la suite... Didier Borniche répond à Marisol Touraine

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Marisol Touraine a déclaré devant les députés que l’Ordre infirmier était « un ordre contesté, un ordre sans légitimité, et donc un ordre dont l'avenir est clairement menacé », le président de l’Ordre, Didier Borniche, lui a envoyé le 16 mai une lettre de réponse...

Le texte est à lire sur ordre-infirmier.fr

Retour au sommaire du dossier ONI

Publicité

Commentaires (10)

furiousnurse

Avatar de l'utilisateur

32 commentaires

#10

monsieur 6%

de toute façon cet ordre n'est ni démocratique (elections ni dans le calendrier prévu, ni dans l'ordre normal des choses), ni représentatif (abstention record), ni efficient (qu'a-t-il réalisé depuis sa création ?, meme pas fichu de connaitre précisemment la démographie infirmière)
Il se revendique comme protégeant la population des mauvais infirmiers, et voudrait soulager les ARS de taches inutiles et couteuses grace à nos cotisations
oust, fin de la mascarade, dehors !

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#9

Et pourtant...

Et pourtant, tout était d’une déconcertante facilité : on créait une loi pour cet ordre qu’on rendait obligatoire sous peine de lourdes sanctions pour exercice illégal, on fixait un montant de cotisation (un paquet de cigarettes par mois), et hop, comme tous les infirmiers s’y soumettaient, 38 à 40 millions d’euros rentraient dans les caisses tous les ans.

Ça devenait l’ordre le plus important (membres et argent) de France voire de la planète, ça faisait peur à tout le monde, et on pouvait se la jouer de manière très prétentieuse et grandiloquente.

Mais voilà, il y a quelque chose qui a dû mal fonctionner…

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#8

représentatif?

larousse :

syndicat : groupement constitué pour la défense d'intérêts professionnels ou catégoriels communs.

ordre : linguistique : type ou mode de communication exprimant la volonté d'un sujet et dont l'une des formes est l'impératif.

des questions?

et concernant "les forces vives" quelle prétention et quel dédain pour ceux et celles qui n'ont pas attendu l'avènement de l'ONI pour faire des choses.

souffrez que la grande majorité ne partage pas votre perception et que rien ne justifie votre désir de nous l'imposer. qui êtes vous pour avoir de telles prétentions vis à vis de tous vos collègues?

concernant les travers habituels, vous avez les mêmes : vous ne représentez personne, vous voulez imposer à la majorité votre vision des choses et défaire ce qui à mis si longtemps à être fait, à savoir le rôle propre. quelques uns veulent s’arranger le pouvoir de décider en s'asseyant au passage sur l'existant...

loulic

Avatar de l'utilisateur

258 commentaires

#7

Merci Sancho.

Merci pour ces rengaines que tu ressasse ad nauseam … Si l'ONI avait voulu fédérer il lui aurait suffit de s'intéresser aux IDE.

Il ne s'est intéressé qu'au fric qu'il espérait leur soutirer et au supposé pouvoir que la LOI lui conférait.

Ite missa est. Et c'est tant mieux ! Didier la Malice pourra profiter de sa retraite que son grand âge l'autorise à prendre dès maintenant. Et il pourra déléguer ses multiples casquettes à de fringuants sexagénaires !

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#6

Bonjour

Les syndicats existent depuis des dizaines d'années et ils n'ont jamais fédères grand monde malgré leurs exonérations fiscales.

Merci de ne pas retomber pas dans les rengaines habituelles à peine exagératrice .
Si on veut faire avancer la seule instance pouvant être représentative de notre profession, soutenons l'ONI et donnons lui la motivations des forces vives de la profession pour montrer aux opposants ou aux septiques que nous pouvons faire des choses intéressantes.
Cordialement

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#5

solution

un syndicat infirmier représentatif. à eux de convaincre et de fédérer. On sait que cette envie des infirmières existe, qq chose qui les représente et qui a connaissance de leurs problématiques...mais dans ce méandre de possibilités syndicales et cette absence de lisibilité comment faire son choix?

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#4

....

kolinet, l'ordre n'est pas là pour te représenter, ni pour te défendre, ça ce sont les syndicats...l'ordre est une organisation militaire avec des commandants et des soldats... et quand tu es soldats tu obéis ou tu es sanctionné...
la souffrance des infirmiers dans leurs revendications salariales et d'amélioration de leurs conditions de travail n'aura pas de réponse dans ce type de dictat, mais uniquement dans l'action collective, pas dans un exercice de pseudo renforcement narcissique car là n'est pas le problème...l'ONI dans son grand désir de faire respecter l'honneur de la profession infirmière estime que les infirmières québécoises sont supérieures aux françaises malgré l'avis de l'ordre québécois....
le président de l'oni osent dans sa lettre de réponse à la ministre dire que la problématique des infirmiers qui exercent illégalement est un enjeu de santé publique...sans déconner...il ose en plus parler de ses 150000 adhérents...combien d'adhésions volontaires?

Kolinet

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

Mouais....

De ce courrier je ne retiens que ça :

" que les élus de l'Ordre, qui représente la première profession de santé, demandent à être reçus par vous-même ou vos collaborateurs. Nos demandes sont restées sans réponse "

Ou comment, en une seule phrase démontrer à la fois son inefficacité et ses compétences aléatoires en matière de grammaire.

L'ONI, tout comme la foultitude de syndicats professionnels où les représentants cherchent plus un peu de gloire, des titres et une place à l'ombre sont les plus grands responsables de la stagnation de nos statuts.

Je rêve d'un ONI qui me représente, qui me défende et qui fasse entendre la voix des gens proches des patients. Un ordre professionnel et non pas une association politique.
Une association à adhésion obligatoire qui n'arrive pas à obtenir un rendez-vous ministériel ne vaut pas la peine de perdurer.

Un soignant.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#1

Démission.

Madame Le Bœuf avait démissionné avec honneur en 2011 : Monsieur Borniche devrait l'imiter, au grand soulagement de toute la profession.