EN BREF

Ebola : les infirmières demandent aux gouvernements de créer des milieux de travail sécures

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Lors d'un sommet en soins infirmiers de haut niveau, les 27 et 28 octobre derniers, intitulé "Les soins infirmiers et le virus Ébola", organisé par le Conseil international des infirmières (CII) et le Conseil général en soins infirmiers d'Espagne (CGE), les infirmières ont demandé aux gouvernements de créer des environnements de travail sécures pour les professionnels de la santé comme condition préalable à la prestation de soins aux patients atteints du virus Ébola. Les infirmières sont en effet parmi les personnes les plus exposées à la contamination par le virus d’Ébola. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, 443 travailleurs de santé auraient été infectés et 244 seraient décédés (1). L’infection des travailleurs de santé par le virus d’Ébola
peut avoir des effets dévastateurs sur le système de santé, par exemple la fermeture d’hôpitaux, la diminution de la main d’œuvre infirmière pourtant indispensable et la méfiance envers le système de santé.

1- OMS (22 October 2014) : Feuille de route pour la riposte au virus Ebola: rapports de situation, Tableau 2, page 6.


La suite est à lire sur le site du CII


Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (1)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

617 commentaires

#1

sécures ????

ça veut dire quoi ?

Pardon mais on ne pouvait pas dire des conditions de travails sécurisées ? sécurisantes ? en sécurité ?