EN BREF

Effets secondaires des vaccins : le Sénat veut "répondre aux inquiétudes"

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant
En ligne depuis le 12 janvier, une pétition qui demande la création d'une commission d'enquête sénatoriale sur les effets secondaires des vaccins contre le Covid-19 a réuni plus de 33 600 signatures sur le site du Sénat en un mois. Constatant la forte dynamique de signatures de la pétition et à l'approche de la suspension des travaux du Sénat en séance publique, la conférence des présidents a donc décidé de se saisir du sujet mais plutôt qu'une commission d'enquête, la commission des Affaires sociales du Sénat a choisi de faire appel à l'expertise de l'Opecst, a-t-elle indiqué mercredi dans un communiqué.

Pour la présidente de la commission des Affaires sociales, Catherine Deroche (LR), il faut répondre aux inquiétudes qui s'expriment. Par sa pratique de la controverse et sa capacité à mobiliser la communauté scientifique dans sa diversité, l'Office nous a semblé créer les conditions d'un examen serein de ces sujets, a-t-elle ajouté. 

Terminologie antivax

La pétition est signée par Julien Devilleger, cardiologue non vacciné, suspendu par l'Ordre des médecins. Reprenant la terminologie antivax (pseudo-vaccins, injections de médicaments préventifs géniques expérimentaux), elle invoque le rôle de protection du Parlement et demande au Sénat de s'assurer que la pharmacovigilance est suffisante pour détecter des effets secondaires sur court, moyen et long termes. La saisine de l'Opecst intervient au moment où des milliers d'opposants au pass vaccinal ont annoncé sur les réseaux sociaux vouloir rouler sur Paris dans le cadre d'une action citoyenne baptisée convois de la liberté, inspirée par celle des routiers canadiens qui bloquent le centre d'Ottawa. Dans son communiqué, la commission des Affaires sociales souligne que l'hésitation vaccinale figurait, en 2019, sur la liste des 10 plus grandes menaces envers la santé mondiale identifiées par l'Organisation mondiale de la santé.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)