EN BREF

L'expérimentation d'un parcours de prise en charge pluriprofessionnelle de l'obésité autorisée par décret

Cet article fait partie du dossier:

Diététicien

    Précédent Suivant

Maladie chronique aux multiples facteurs, l’obésité touche en France 17% de la population adulte et s’accompagne de nombreuses comorbidités associées (diabète de type 2, problèmes cardio-vasculaires...). À cet égard, elle nécessite une prise en charge pluridisciplinaire, impliquant aussi bien généralistes que diététiciens, infirmiers ou psychologues. C’est avec cette préoccupation en tête qu’a été lancée l’expérimentation "gestion du parcours de santé dans l’obésité" (GPSO), encadrée par un décret paru ce mardi 16 mars au Journal Officiel. Portée par trois acteurs spécialisés dans le suivi et le traitement de l’obésité (le groupe de formation GRESMO, le réseau ROMDES et l’association Rest’O), elle est autorisée sur une durée de 5 ans à compter de l’inclusion du premier patient dans son dispositif. Son objectif : détecter, accompagner les personnes en surpoids et obèses prises en charge afin de les aider à stabiliser leur poids et améliorer leur qualité de vie.

S’appuyant sur un partenariat avec les acteurs territoriaux, et notamment les Plateformes Territoriales d’Appui (PTA), les Maisons de Santé Sluridisciplinaires (MSD) et les Centres Spécialisés de l’Obésité (CSO), l’expérimentation vise ainsi à mettre en place des parcours de soin transverses, de proximité et adapté à chaque patient, impliquant à la fois une équipe de santé pluriprofessionnelle chargée d’assurer un suivi personnalisé et les acteurs associatifs locaux, qui, parce qu’ils sont au contact des malades, contribuent non seulement à leur accompagnement mais aussi à leur repérage. L'intérêt est de décloisonner les différentes spécialités et d'établir une collaboration plus étroite entre la médecine de ville et l'hôpital. L’expérimentation inclut également un volet formation à destination des personnels soignants afin de les aider à développer les compétences d’écoute des personnes obèses et améliorer la qualité de la relation soignant-patient.

Retour au sommaire du dossier Diététicien

Publicité

Commentaires (0)