EN BREF

Extension du CTI aux "oubliés du Ségur" : la FHF appelle à plus d'équité

Combler peu à peu les trous et réduire encore le nombre de ces "oubliés du Ségur", qui n’ont pas eu droit à une revalorisation de leur salaire. C’est en essence ce que réclame la Fédération Hospitalière de France (FHF) dans un récent communiqué de presse. Le cœur de la guerre : le complément de traitement indiciaire (CTI) de 183 euros nets par mois, décidé dans le cadre du Ségur de la Santé et qui avait en premier lieu été accordé à l’ensemble des personnels des hôpitaux et des EHPAD, avant d’être étendu à d’autres secteurs, et notamment aux services sociaux et médico-sociaux rattachés à l’hôpital public. La FHF a ainsi indiqué avoir signé le 29 mai, à la suite de plusieurs mois de discussions avec la mission sur "les métiers de l’autonomie" dirigée par Michel Laforcade, un nouveau protocole d’accord stipulant l’extension du CTI aux personnels soignants travaillant au sein des établissements sociaux et médico-sociaux non rattachés à un EHPAD ou un EPS public :  à partir du 1er octobre 2021, les personnels soignants, les aides médico-psychologiques, les auxiliaires de vie sociale et les accompagnants éducatifs et sociaux qui exercent dans ces établissements percevront le complément de traitement indiciaire.

Si elle salue cette avancée, elle déplore toutefois qu’elle ne soit pas appliquée à l’ensemble des personnels de ces structures et craint que cette distinction et la différence de traitement qui en résulte au sein d’un même établissement ne peuvent que susciter des tensions, de l’incompréhension et de la colère chez les agents publics des filières concernées. Et ce d’autant plus qu’aucune différenciation de ce type n’a été appliquée au sein des hôpitaux, des EHPAD et des établissements médico-sociaux qui leur sont rattachés. Cette situation fragilise aussi les établissements médico-sociaux publics autonomes, en termes d’attractivité relative au sein même de la fonction publique hospitalière, alerte-t-elle, notant au passage que ces professionnels oubliés exercent les mêmes métiers que ceux de la fonction publique hospitalière, et doivent donc donner lieu à une même éligibilité au CTI. Afin de résoudre cette inéquité qu’elle juge incongrue, la FHF appelle à poursuivre les travaux avec Michel Laforcade et les autres membres de la mission, sans attendre la fin de l’année 2021.

Publicité

Commentaires (1)

chg

Avatar de l'utilisateur

33 commentaires

#1

medico social handicap ccn66

Bonjour, pouvez vous nous preciser si la ccn66 sera concernée par cette augmentation.
Elle gere des etablissements medico sociaux handicap associatifs à but non lucratif.
Actuellement les IDE debutent à 1400 euros net en internat avec 1 w end par mois et les AS à 1260 euros net .
Mon etablissement est resté ouvert (comme les EPHAD) avec des cas covid + que nous avons du gérer , cette situation créant des surcroit de travail avec difficulté d'embauche vu les bas salaires .
Les syndicats du secteur ont refusé de signer la proposition de prime d'attractrivité pour les soignants proposée par Nexem.
Merci de nous apporter des precisions