EN BREF

Gels hydroalcooliques inefficaces : la DGCCRF traque les arnaques anti-Covid

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant
Particulièrement vigilante sur les prix des masques et des gels hydroalcooliques durant la crise sanitaire, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF ) a indiqué lundi 16 novembre avoir mené 41 600 contrôles et traqué les arnaques aux produits "miracles" anti-Covid-19. Dans le collimateur notamment : la qualité des solutions virucides. Des modèles, parfois vendus en pharmacie, contiennent moins de 60% d'alcool, ce qui les rend inefficaces contre le coronavirus et donc dangereux, a-t-elle constaté. Verdict : sur plus de 180 prélèvements ciblés de solutions et gels hydro-alcooliques, 21 produits (soit 13% des produits analysés) ont présenté une teneur en alcool insuffisante et se sont donc révélés non conformes et dangereux. 36 produits (22% des produits analysés), pour lesquels la teneur en alcool était suffisante, ont également été déclarés non conformes et dangereux, cette fois en raison d’un étiquetage minimisant les dangers présentés par ces produits (principalement le danger de leur inflammabilité) et 61 produits (38%) ont été reconnus non conformes du fait d’un étiquetage incomplet ou incorrect. 

Autre thème, qui concerne cette fois les masques : quelque 500 000 masques transparents vont être distribués au personnel des crèches et des maisons d'assistants maternels, ont annoncé mardi 17 novembre le ministère de la Santé et le secrétariat d'Etat à l'Enfance qui souhaitent ainsi initier un mouvement d'équipement des professionnels par les employeurs. Cette opération "non reconductible" est financée par la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf). Trois masques transparents seront attribués à chaque professionnel concerné: personnels des crèches, micro-crèches et assistantes maternelles réunies au sein d'une MAM. Accéder aux visages et aux émotions des adultes qui les entourent au quotidien est un facteur clé du bon développement des jeunes enfants. Aux employeurs désormais de poursuivre cette dynamique, indique le secrétaire d'Etat à l'Enfance et aux Familles, Adrien Taquet, cité dans le communiqué.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)