EN BREF

Handicap : Emmanuel Macron décline ses mesures, qui devront être suivies d'effets...

Les Français doivent tous se mobiliser pour améliorer la vie des 12 millions de personnes handicapées, a déclaré mardi Emmanuel Macron, en annonçant une série de mesures sur la scolarisation, l'accès aux droits ou l'emploi ce mardi 11 février. Ce que je voudrais lancer aujourd'hui, c'est véritablement un appel à la mobilisation nationale car le handicap ne touche pas simplement 12 millions de Français mais chacun d'entre nous peut y être confronté à un moment de sa vie, a déclaré le président en conclusion de la Conférence nationale sur le handicap (CNH). Organisé à mi-mandat, cet événement a réuni 500 personnes à l'Elysée pour tirer un premier bilan des mesures décidées depuis le début du quinquennat et en prendre de nouvelles. Emmanuel Macron a ainsi décliné une série de décisions, sans toutefois détailler leur financement.

Il a ainsi fixé l'objectif que plus aucun enfant handicapé ne soit laissé sans solution de scolarisation à la rentrée de septembre. Leur nombre a déjà été divisé par près de deux entre 2018 et 2019, de 15 000 à 8 000. Mais le vrai sujet est qu'on manque d'accompagnants pour aider ces enfants à l'école. Pour y remédier 11 500 postes d'accompagnants supplémentaires seront créés d'ici à 2022, s'ajoutant aux 66 000 prévus à la fin de l'année. Le président a également annoncé la mise en place d'un numéro d'appel unique (le 360) pour répondre à l'angoisse des familles et la création de 1 000 places supplémentaires dans les établissements spécialisés, notamment. 

Avant l'intervention d'Emmanuel Macron, personnes handicapées, aidants familiaux et militants associatifs ont interpellé la douzaine de ministres présents sur la lenteur des démarches ou le manque de solutions d'accompagnement. On a envie de prendre notre place dans la société, mais on a besoin de vous pour faire bouger les choses, c'est vous qui avez les manettes, a résumé une femme atteinte d'un handicap visuel, jugeant anormal que certaines démarches prennent quatre mois dans la Marne et deux en Seine-Saint-Denis. Symboliquement, cette conférence a été programmée exactement 15 ans après l'adoption d'une loi majeure pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Quinze ans plus tard, les préjugés demeurent. Des familles avaient prévu de manifester ce mardi dans une quarantaine de villes partout en France, y compris outre-mer, pour dénoncer les défaillances du système. Les protestataires réclament notamment que les pouvoirs publics fassent respecter les législations déjà en vigueur.

Publicité

Commentaires (0)