EN BREF

A l'heure de l'infirmier sapeur-pompier 3.0

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Il existe déjà la télétransmission, qui nous permet depuis le lieu d’intervention d’envoyer des résultats d’examen à un médecin, explique Benoît Birembaut, vice-président de l’Association Nationale des Infirmiers Sapeurs-Pompiers (ANISP). Mais ce que nous préparons, c’est un infirmier connecté par vidéo, qui additionne son ressenti, sa technicité pour pratiquer des actes, à des examens visionnés à distance par un médecin. Ainsi le patient, victime d’un infarctus du myocarde ou d’un AVC par exemple, peut bénéficier de l’expertise d’un spécialiste rattaché à un centre hospitalier qui peut parfois être à une grande distance.
Cet infirmier sapeur-pompier 3.0, c’est l’un des enjeux de demain dont ont discuté les quelque 500 professionnels regroupés à Perpignan à l’occasion du 11e congrès national des infirmiers de sapeurs-pompiers. Sur les 250 000 sapeurs-pompiers que compte la France, 7 000 sont infirmiers, dont 250 professionnels, détaille Benoît Birembaut. Les autres sont des volontaires. Infirmier, pompier et volontaire, une sorte de triple "sacerdoce", qui rassemble des passionnés de l’engagement citoyen.

Lire la suite sur lindependant.fr

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)