Ils représentent 57% des professionnels de santé et leur temps d'écoute au Ségur est de 0% !

Le syndicat d'infirmiers libéraux Convergence Infirmière le fait savoir aujourd'hui par communiqué. Il avait saisi, la semaine dernière, le tribunal administratif en référé, afin de demander, comme l’avait fait avec succès un syndicat de jeunes médecins, d’intégrer les concertations du Ségur de la santéNous avons sollicité la semaine dernière notre légitime intégration au Ségur de la santé en indiquant au tribunal administratif qu’ "en s’abstenant de convoquer un syndicat représentatif, portant la voie et les intérêts des infirmiers libéraux, le Ministre des Solidarités et de la Santé porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté syndicale en plaçant Convergence Infirmière dans une situation d’inégalité injustifiée par rapports aux autres professionnels de santé représentés et syndicats représentatifs convoqués. Le syndicat fait savoir que sa demande a été purement et simplement rejetée au motif que notre profession est représentée par la Fédération française des praticiens de santé (FFPS). La colère est au rendez-vous car, pour Convergence Infirmière, un tel raisonnement traduit non seulement la faible considération à l’égard de la profession infirmière en jugeant que la fédération de multiples syndicats de professionnels de santé suffit à représenter la profession d’infirmière libérale, mais démontre également l’absence d’égalité avec les syndicats des médecins qui, pour leur part, sont conviés.

Et de souligner, une fois encore qu'alors que les infirmières et les infirmiers représentent 57% des professionnels de santé, notre temps d’écoute au Ségur est de 0%. Les médecins, qui représentent quant à eux 23% de ces professionnels, sont pourtant invités et réinvités. Cette situation est profondément injuste. Ce "deux poids deux mesures" est insupportable. Et de conclure, amer, nous sommes les plus sollicités dans la coordination car, justement, nous sommes en permanence mobilisés. Nous prenons en charge tous les patients dans une vision globale car notre profession est par essence généraliste, nous devons donc naturellement jouer un rôle fondamental dans la construction du système sanitaire de demain, mais cela passe par une réelle écoute, un dépassement des vieux schémas et une véritable ambition. Aucune de ces conditions ne semble malheureusement réunie aujourd’hui.

Publicité

Commentaires (0)